mercredi 9 novembre 2016

Je n'aurais jamais cru ...



Je n'aurais jamais cru que les régimes communistes s'effondreraient aussi vite à la fin des années 80.
Je n'aurais jamais cru que Jean-Marie Le Pen battrait en 2002 un Premier ministre socialiste.
Je n'aurais jamais cru, sauf au cinéma, que des avions s'écraseraient contre les tours du World Trade Center.
Je n'aurais jamais cru qu'un jour je deviendrais professeur de philosophie.
Je n'aurais jamais cru que Charb, Wolinski, Cabu, Bernard Marie seraient assassinés en plein Paris.
Je n'aurais jamais cru que les socialistes de Saint-Quentin s'allieraient en 2008 à trois partis d'extrême gauche.
Je n'aurais jamais cru que ce blog rencontrerait le succès.
Je n'aurais jamais cru que le FN serait le premier parti d'opposition chez nous.
Je n'aurais cru que la tête de liste PS aux dernières élections municipales démissionnerait au bout d'un an, sans donner d'explication.
Je n'aurais jamais cru que je signerais une chronique amusante dans un journal gratuit.

Je n'aurais jamais cru que Donald Trump serait élu ce matin président des Etats-Unis d'Amérique.

C'est fou ce à quoi je n'ai jamais cru, avec une certitude absolue et raisonnée (je n'ai énuméré que quelques exemples marquants). Il va falloir maintenant que je change, que je me mette à croire en l'incroyable.

Je crois désormais que Marine Le Pen peut être élue l'an prochain présidente de la République. Pourtant, au fond de moi, je n'y crois pas. Comme je ne croyais pas à la liste de tout ce qui précède ! C'est fini, on ne m'y reprendra plus. Je crois aujourd'hui en la possibilité de victoire de l'extrême droite, pour ne pas avoir à y croire demain, après que tout aura été fait pour l'en empêcher. Croyez-moi, c'est la seule méthode efficace.

14 commentaires:

Erwan Blesbois a dit…

Bernard Maris, Emmanuel, Bernard Maris, et c'était un penseur très précieux que nous avons perdu.
Moi non plus je n'aurais jamais cru que je deviendrai prof des écoles, je me voyais bien plus haut...

T a dit…

Ne serait-ce pas en cette démocratie, le moins mauvais des systèmes politiques à défaut d'en être le meilleur, que vous avez du mal à croire ?
Accepter le vote des concitoyens, ce n'est pas croire que les citoyens sont infaillibles.
Ce n'est pas croire que tous les candidats se valent et c'est pourquoi on peut choisir.
Vous êtes stupéfait du pouvoir des urnes.
Il n'y a pas que vous.
Le plus surprenant à mon sens c'est qu'après tout ce que le candidat républicain a pu proférer au sujet de la gent féminine, il s'en soit trouvé autant pour voter pour lui.
Rien que si toutes les femmes avaient refusé de voter pour M Trump, il n'aurait pas pu être élu. De même les "latinos"...
Alors de deux choses l'une, ou M Trump a bien proféré ces propos que même M Mussolini, ni M Hitler, ni M Staline n'auraient sans doute pas prononcés et le corps électoral féminin étatsunien est d'un niveau que je peine à imaginer ou on nous a trumpés en reproduisant des traductions inexactes de cet homme qui se dit milliardaire alors qu'il ne serait que tout simplement et ce n'est déjà pas rien, millionnaire (en dollars)...

Maxime Lépine a dit…

Oh pauvre Monsieur Mousset... vous allez me faire verser une larme! La victoire de Trump était pourtant prévisible.

Erwan Blesbois a dit…

En tout cas Macron et ce qu'il représente, qui est une tentative de redonner un souffle "de gauche" à l'ultra libéralisme en France (donc "in fine" à des valeurs de droite), tentative... le "souffle de gauche" en moins... qui date de l'aire Thatcher et Reagan, et est totalement dépassée et obsolète, désormais vouée à l'échec, définitivement ! Alors que Trump s'annonce comme une tentative de redonner un souffle "de droite" à des valeurs de gauche patriotiques et anti-oligarchiques... dans les mots du moins... Macron donc politiquement est mort...
Par une ruse de l'histoire peut-être que l'élection de Trump, permettra de remettre au premier plan les valeurs (solidarité entre les gens, compassion pour les exclus, fierté de son pays, de sa culture, et surtout remise en place au premier plan des valeurs religieuses, correspondant à la culture de chaque pays...), contre cette valeur d'échange que constitue l'argent, qui noie toutes les autres valeurs.
J'appelle valeurs de gauche, ce qui met l'argent au service du développement humain et de la création de valeurs (donc il ne faut pas rejeter les valeurs religieuses qui sont à la base de l'idée des droits de l'homme), j'appelle valeurs de droite ou cynisme, ce qui met les valeurs et l'homme, au service de l'argent.
Peut-être par une ruse de la raison, Emmanuel Mousset malgré lui, est-il un agent actif ("idiot utile" diront certains), au service des valeurs de droite donc du cynisme de l'argent, bien qu'il se prétende de gauche ?
On ne peut pas continuer Emmanuel dans "l'entre soi" des élites, bobos libérales libertaires multiculturalistes en France... et c'est beaucoup plus qu'un simple problème d'argent, c'est la mise au ban de la société d'un point de vue matériel mais aussi moral, de toute une partie de la population, dans nos sociétés occidentales... Oui il ne s'agit pas de populisme comme se targuent de le dénoncer nos élites, mais bien d'un mouvement populaire, qui prend racine aux Etats Unis, et qui va inexorablement envahir tout le reste des pays développés économiquement, il ne s'agit plus désormais de résister, comme tu le fais de manière dérisoire... mais de comprendre ce mouvement pour le rendre la plus humain possible, et porteur de valeurs. Abandonne Macron, c'est fini...

L'élection de Trump au service de valeurs de gauche (?)... espérons ! "Divine surprise" que cette élection en tout cas, aurait dit un Maurras...

Anonyme a dit…

Le pire, ce sont les BHL, les Jean Daniel, Les F Hollande, les S Gabriel, la social démocratie européenne qui a renoncé à ses idéaux pour se soumettre au néolibéralisme qui est un totalitarisme, le nouveau totalitarisme, qui progressivement a tenté de nous instiller la pensée unique, et devant les résistances provoquée par la mondialisation heureuse, n'offre comme seul réponse: l'autoritarisme et la surveillance généralisée, au nom de la concurrence libre et non faussée, du droit des multinationales à imposer leurs lois aux états et aux citoyens que nous sommes. La soumission des élités conduit les peuples à la révolte. Cette révolte est saine, n'en déplaise à BHL et aux donneurs de leçons, qui font le lit du nouveau totalitarisme de marché.

Philippe a dit…

J’ai eu successivement les mêmes croyances !!!!

Un mot d’une journaliste cette nuit m’a fait réfléchir à l’usage qui est fait de l’humiliation.
Dans sa bouche les électeurs de Trump … seraient les « non éduqués ».
Les réactions ce jour du PAF français est pire de crétinerie.
Ils oublient qu’ils sont entendus 5/5 par les « non éduqués » qui ne peuvent répondre n’ayant pas le micro !
Bref c’est l’éternelle antienne différentialiste qui voudrait qu’il existe un peuple supérieur dominant intellectuellement un peuple inférieur.
Les dirigeants actuels (et ceux qui par tempérament moutonnier ou élitiste ou par intérêt bien ou mal compris les suivent) constitue par décret sans doute divin ce peuple supérieur.
Ils bénéficient du privilège psychologique d’humilier une partie de la population.
Ce privilège psychologique d’humilier s’exerce d’autant plus facilement que les médias dans nos pays d’Occident privilégient pour des raisons commerciales ceux qui organisent leurs prestations en ce sens en prévoyant sans doute dès avant l’émission ce scénario.
Cela peut avoir des conséquences bénignes quand c’est une émission comme « on est pas couché » humiliant ou « taclant » tel ou tel people.
Par contre l’effet est dévastateur car créateur de frustration haineuse quand les humiliés sont constitués de la multitude des perdants économiques, des citoyens de la France périphérique désindustrialisée (selon la classification de Christophe Guilluy, classification valable dans le vieux continent et aux USA).
Une haine va évidemment se développer envers ceux qui non contents de leur interdire toute représentation politique les méprisent ouvertement à longueur d’émissions TV. 
Ce n’est heureusement pas le cas aux USA, ce qui en fait une république plus aboutie que la nôtre apte à rebondir après ses crises.
Mais la France n’est pas dans ce schéma finalement pacifique et dynamique. Le couvercle y étant bien vissé, sans valve de décompression, la marmite ne pourra qu’exploser et faire des victimes.

Anonyme a dit…

Il n y a rien de pire que de vivre sur des certitudes.
Bienvenue dans le monde de tout les possibles.

Anonyme a dit…

@ Anonyme 17:21
BHL pourfend les nationalismes, le chauvinisme et appel à la constitution de l'État universel tout en excluant l'état nation israélien de se dissoudre dans le grand tout de la mondialisation qui réduit chacun à chacun selon un individualisme devenu réflexe. Des contradictions comme ça. Comme de considérations larges sur la réalité de cultures supérieures en spiritualité ou en éthique, c'est plutôt de la philo partiale et partielle.
Seul Dieu a le pouvoir de dire ceux qui seraient recevables de louanges par rapport aux autres. Se donner ce droit en tant que personne est insensé.

Anonyme a dit…

Si Bernie Sanders n'avait pas été éliminé de façon malhonnête par Madame Clinton et l'appareil du parti démocrate vendus au capitalisme financier l'histoire aurait pris un autre tour; un homme de gauche, un vrai, aurait pu gagner cette élection présidentielle américaine.
"Quand elle renoue avec le peuple la gauche peut vaincre, jamais lorsqu'elle se fourvoie avec les financiers, les grands patrons, la caste journalistique et les artistes aussi changeants qu'inconstants". Jacques Sapir
Vous qui, avec Macron, défendez ces gens-là comme l'exprime l'économiste hétérodoxe que je viens de citer, il est indispensable que vous procédiez à une analyse en profondeur et à une remise en question égale pour vous éviter de prendre l'an prochain cette formidable claque politique que serait l'élection de Marine Le Pen à la présidence l'an prochain. Permettez-moi d'exprimer le doute le plus vif quant à votre capacité de remettre en question vos choix actuels.

Emmanuel Mousset a dit…

Economiste "hétérodoxe" ? En effet, très "hétérodoxe", puisqu'il défend l'idée d'une alliance avec le FN. Vous avez un drôle de mentor ! Quant à la "formidable claque politique", il semble bien que vous la souhaitez, vous aussi. Il vous manque simplement le courage de le dire clairement.

Anonyme a dit…

Réduire Jacques Sapir à sa proposition de créer un Front de Libération nationale de l'euro dont le FN, par une alliance de type stratégique, ne serait que l'une composante montre votre ignorance totale des analyses politiques et économiques, et vos préjugés d'homme qui se dit de gauche avec son réflexe pavlovien anti-FN primaire.
Bien sûr que je souhaite que cette fausse gauche prenne une formidable claque politique comme Madame Clinton vient de prendre aux US. C'était une très mauvaise candidate, une oligarque au service du capitalisme financier apatride avec des amitiés et mécènes politiques douteux comme l'Arabie Saoudite, et le Qatar. Coupée des réalités économiques et sociales de son pays elle incarnait un "établissement" honni par le peuple américain qui a payé, lui aussi, le prix fort de la mondialisation et de la globalisation néolibérales. De plus elle était menteuse, tricheuse et corrompue. Elle et sa fondation Clinton. Arrogante et trop sûre d'elle-même elle a commis des fautes politiques dont elle va rendre compte à la justice pour "l'emailgate". Elle a trompé le Congrès en détruisant 33OOO emails de son activité publique sur un serveur privé non sécurisé, qui lui deamandait de les lui livrer. Pas de chance on a retrouvé la trace de ses emails sur des serveurs d'amis qui ne les ont pas détruits.
De toutes les façons que je la souhaite ou pas, c'est le peuple français dont il semble bien que la colère va emporter tous vos amis politiques notamment le président qui se comporte comme s'il était un spectateur et commentateur de son action publique au service des riches et des puissants du moment. Le parti "socialiste" est trop englué dans sa dérive droitière depuis 1983 pour donner un sérieux coup de barre à gauche indispensable pour lui éviter la déroute qui s'annonce. Elle pourrait être pire qu'en 1983 comme le pense un autre de mes "mentors" le politologue Laurent Bouvet dont on dit qu'il roule pour Valls.
Comme l'a déclaré un autre de mes "mentors" Emmanuel Todd le PS est parti à droite, la droite se radicalise, et le FN se recentre. Encore une analyse qui va vous déplaire.

Emmanuel Mousset a dit…

Je préfère encore un PS "à droite" que quelqu'un comme vous, à l'extrême droite !

Anonyme a dit…

Quand on est à court ou sans arguments, on sort l'épouvantail FN pour se donner bonne conscience à peu de frais.
Vous êtes le fourrier de l'extrême-droite comme Madame Clinton l'a été de Trump. Quand on se prétend de gauche et qu'on soutient un parti socialiste qui fait la même politique que la droite cela s'appelle une trahison des intérêts du peuple dont vous êtes censé défendre les intérêts. Vous et vote mentor le banquier Macron trahissez doublement les intérêts du peuple qui veut du travail et des salaires décents pour vivre "du pain et des roses" selon le slogan du Front Populaire. En réalité pour la gauche gouvernementale c'est toujours moins de travail disponible, toujours plus de travail pour ceux qui en ont, pour moins de salaires, moins de protection sociale voire liquidation du service public de la santé qu'est l'hôpital en réduisant toujours les moyens à sa disposition. La politique rétrograde de Marisol Touraine qui a réduit les effectifs de la fonction publique hospitalière de 22000 personnes à la suite des réductions de personnel opérée par la droite. Ne niez pas l'évidence d'une parfaite continuité entre la droite et le "gauche" gouvernementale. C'est bien pour cela que vous perdez toutes les élections depuis 2012 mais vous préférez persister dans un aveuglement qui évite de douloureuses remises en question dont vous et votre P"S" est incapable.

Philippe a dit…

Comme vous vous en êtes probablement aperçu je ne suis pas un fan des politiciens issus « génétiquement » ou par « adoption » de notre système dans lequel les partis désignent les candidats soumis à notre suffrage.(par système j'entends conception de ce que doit être le fonctionnement d'une république … il y en a d'autres que la notre qui fonctionnent un peu mieux)
Une candidature externe est sans doute légalement possible en étant très riche mais vraiment riche avec l'envie de claquer et perdre beaucoup d'argent …. faire parler de soi en soudoyant les médias … très cher la minute ... en perdre beaucoup pour entrer dans la danse … bref c'est sans doute pas à la portée des humbles …
Facho de droite ou facho de la rose pour moi c'est kif kif bonnet blanc et blanc bonnet que ce soit l'un ou l'autre ce serait possiblement une balle dans la nuque brune ou rose.
Puisque estimant qu'il y a des réalités avec leurs solutions potentielles bien mises en évidence par tous y compris par les extrêmes mais aussi des contre-réalités exprimées par eux ….. je ne satisfais le nombril d'aucun !
Facho de la rose … de quoi de qu'est-ce ! J'en ai connu en 1956/57 … parlez-en aux familles d'algériens guillotinés ou par les éjectés par les fenêtres au cours de la « Bataille d'Alger ».
Ecoutez la haine des humbles qu'ils distillent … des pas éduqués qui puent la crasse … qu'ils disent.
Bref nous avons le choix entre  :
le populisme style MLP … Trump ….
et le pipeau-isme des beaux quartiers style Hollande au Bourget (voire ses restaurants de luxe) ou Hillary dans les salons des villas extraordinaires de luxe de Long Island
Entre la peste et choléra il nous faudra bien choisir ou laisser le choix aux autres en restant chez soi !