dimanche 29 octobre 2017

Macron a-t-il une âme ?



Les Byzantins, assiégés par les Ottomans dans Constantinople, discutaient du sexe des anges. En Europe, les théologiens se demandaient si la femme avait une âme. Laurent Wauquiez, candidat à la présidence des Républicains, s'inscrit dans ce type de débat, très métaphysique. Dans le JDD d'aujourd'hui, il s'interroge sur "le désert de l'âme" du président de la République. Réponse catégorique : "C'est un vide". Bref, Emmanuel Macron n'a pas d'âme. La nouvelle est de taille et les répercussions politiques immenses.

Les animaux aussi n'ont pas d'âme (autre débat philosophique, très prisé au XVIIème siècle). Pourtant, ils existent et vivent. Sans âme non plus, Macron a une réalité, que Wauquiez analyse, en décrivant le chef de l'Etat en "enfant capricieux et adulte arrogant" (on s'y attendait : le coup de l'arrogance, comme d'autres font le coup de la panne ou le coup du lapin). Emmanuel Macron n'a qu'"un seul projet : lui-même". "Il s'aime". Mais difficile de s'aimer quand on n'a pas d'âme ... Et Wauquiez, quel est son projet, à part faire le portrait de Macron ? Et lui, ne s'aime-t-il donc pas ?

Dépourvu d'âme, Macron vu par Wauquiez est plein de haine (comme quoi l'amour de soi ne suffit pas). Et tenez-vous bien, pas n'importe quelle haine (celle de l'adversaire, par exemple) : non, "une haine de la province". On se demande où Wauquiez va chercher ça. Mais on voit bien son objectif, qui est celui d'une partie de la droite : soulever les ruraux contre les urbains, défendre la campagne contre la ville, soutenir la "périphérie" et les "territoires", comme on dit aujourd'hui, contre les grandes métropoles. Là, Wauquiez n'est pas si bête : il réactive toute une tradition conservatrice qui fait plus confiance au terroir qu'à la cité.

Et pour enfoncer le clou, Wauquiez lance contre Macron la plus grave accusation, l'injure suprême : parisien ! Salaud de parisien ! "Le plus parisien de tous les présidents", dans le texte. Comme on dit dans mon Berry : "Parigot tête de veau, parisien tête de chien !" Croit-il qu'il va se faire élire avec ça, dans les années qui viennent, le Wauquiez ? Dire que Paris nous est envié dans le monde entier, que la vie parisienne, intellectuelle et artistique, fait l'honneur et la renommée de notre pays ! Pour Wauquiez, non : parisien c'est pas bien, et provincial c'est génial, je suppose. Aurait-il oublié que Macron vient d'une famille picarde, qu'il est né et a vécu à Amiens ? Bon, tout ça ne répond pas à la première question : Macron a-t-il une âme ? Il va falloir tout de même vérifier.

jeudi 26 octobre 2017

Février en Octobre


Depuis quelques semaines, les ouvrages, magazines et documentaires sur le centenaire de la Révolution russe sont nombreux. S'il le faut, j'en conseille un seul : le hors-série de L'Humanité, très complet et très intéressant, puisqu'il nous conduit à cette question : que pense ce qui reste du communisme français de ce qui reste de la révolution d'Octobre ? Car c'est l'ambulance qui regarde passer le corbillard de l'Histoire.

Dans cet événement plein de propagande c'est-à-dire de mensonge ou d'oubli (mais c'est la même chose), l'erreur majeure est de croire que la Révolution, moment le plus formidable du XXème siècle après l'homme sur la Lune, ait eu lieue en octobre 1917. Non, c'est en février que tout a commencé et c'est en octobre que tout s'est terminé. Au début de cette incroyable année, le régime tsariste s'effondre presque sans résistance, alors que son chef exerçait le plus absolu des pouvoirs sur terre à cette époque. C'est un incompréhensible mystère : la défaite d'une autocratie séculaire en quelques jours seulement.

Double mystère : la Russie est archaïque, paysanne, orthodoxe. Elle n'a pas connu son siècle des Lumières et se montre pourtant plus révolutionnaire que l'industrielle Angleterre ou la républicaine France. En Février et pendant plusieurs mois, le plus vaste pays du monde va connaitre un happening permanent, un mai 1968 avant l'heure et sans Paris. Des comités populaires se créent partout, jusque dans l'armée. Le gouvernement est constitué de socialistes et de libéraux : la démocratie parlementaire se met en place. Lénine est inconnu, Kerenski est follement populaire. Mais il y a la guerre et il faut prendre des mesures d'autorité. C'est là que les choses se gâtent.

Lénine revient d'exil, il ne jure que par la paix, ce qui fait les affaires de l'Allemagne ennemie. C'est un violent, un fanatique, un bolchévik, c'est-à-dire un minoritaire. Il s'en moque autant qu'il se moque du parlementarisme. En bon communiste, il ne croit qu'en ce que je déteste : les rapports de force. Octobre n'est une révolution que pour ceux qui aiment les légendes. La vérité historique, c'est que c'est un coup d'Etat, où les militants et les militaires (qui souvent se ressemblent) s'emparent du pouvoir, sans le peuple et contre l'assemblée légitimement élue. Trotski aide beaucoup : avec lui, le communisme se militarise et ne cessera pas de l'être tout au long du siècle. N'oublions pas la troisième personne de cette trinité pas sainte du tout : Staline, qui attend son heure. Les trois sont distincts mais inséparables, comme le Père, le Fils et le Saint Esprit dans le christianisme. Permettez-moi donc de fêter, en ce mois d'octobre, la vraie révolution russe, qui a eu lieue en février.

mercredi 25 octobre 2017

Marcheurs de la première heure



Laurence Biava est chroniqueuse sur le web, agent littéraire et collaboratrice parlementaire. C'est une Marcheuse de la première heure. Il y a environ un an, ayant remarqué mon blog, elle me propose de participer à un ouvrage collaboratif, racontant l'histoire de notre mouvement autour de cette question : "Pourquoi cette passion, cet emballement collectif qui a jailli d'un coup ? Ses causes ? Ses aspects ?". Je dis bien sûr oui sans hésiter. Parmi une quarantaine de Marcheurs, j'ai donc livré mes réflexions dans deux chapitres : "Adieu François" et "On va gagner".

Le livre est terminé, il va sortir dans quelques jours, à la fin de ce mois. Il s'intitule : "En Marche ! Une histoire française". Je vous recommande évidemment son achat et sa lecture. Il est publié aux éditions Ovadia, au prix de 20 euros (18 pour les adhérents de La République en Marche) et fait 229 pages. Les droits d'auteur seront reversés à LREM. Si l'ouvrage n'est pas présent chez votre libraire habituel, vous pouvez le commander auprès du distributeur : distribution@paradigmeconseil.com. J'oubliais : macroniens non fervents s'abstenir ...

mardi 24 octobre 2017

La culture de l'exclusion



Ce soir, les Républicains vont probablement exclure de leur parti ses membres qui ont rejoint le gouvernement, dont le plus illustre d'entre eux, le Premier ministre. Ce sera une erreur politique et une stupidité sans nom. D'abord, pourquoi avoir fait traîner cette affaire pendant six mois ? Si des têtes devaient tomber, c'était dès le début, sans attendre. La droite s'est laissée prendre dans un mauvais feuilleton qui ne peut que desservir son image. D'autant que les exclus deviendront des victimes, ce qui est bien porté par les temps qui courent.

La culture de l'exclusion est un vieux réflexe propre à tous les appareils politiques. Au Parti socialiste, j'ai failli par deux fois en faire les frais, ne menaçant pourtant personne, ne recherchant aucun pouvoir, ne rejoignant pas l'adversaire mais ouvrant simplement ma bouche. Un appareil n'existe que par ses statuts, appliqués dans leur formalisme le plus strict ; le reste, c'est du creux, même l'idéologie, malléable selon les circonstances. Pour cultiver l'entre soi, resserrer les rangs, se donner un semblant d'unité, exercer sa bien faible autorité, l'appareil utilise ce moyen, l'exclusion, qui n'est plus aujourd'hui supportée, dans une société d'individualisme et de liberté. Exclure, pour un parti politique, c'est procéder à un rituel d'exorcisme, pratiquer un sacrifice consolateur, sinon vengeur : rien de plus.

Qu'on ne me dise pas que l'exclusion force un individu à se mettre en conformité avec ses convictions ! Edouard Philippe et ses camarades n'ont jamais cessé d'être des hommes de droite, accueillis et respectés comme tels par Emmanuel Macron au sein du gouvernement. Ils n'ont aucunement renoncé à leur sensibilité politique. Le président de la République avait annoncé la couleur lors de sa campagne originale : ET de gauche, ET de droite. Il n'y a donc pas de contradiction à ce que des socialistes, des centristes et des libéraux le rejoignent.

C'est vraiment bête : si les Républicains n'en avaient pas parlé, n'avaient pas entamé ce faux procès, personne n'y aurait songé. Qu'est-ce que ça peut faire aux Français que Philippe ou Darmanin aient ou pas leur carte chez les Républicains ? En quoi cela peut-il déranger cette formation politique, qui aurait mieux fait de l'ignorer que de se faire ainsi une mauvaise publicité ? Exclus ou pas, ça ne changera rien sur le fond. Ce choix de l'exclusion, si elle est ce soir confirmée, sera un signe supplémentaire du déclin des appareils politiques, qui ne sont plus en phase avec la société. La discipline bête et méchante ne leur sert plus à rien.

lundi 23 octobre 2017

Macron 1968



L'annonce d'Emmanuel Macron de célébrer l'an prochain le cinquantenaire de mai 1968 en a surpris plus d'un. C'est la première fois qu'un chef de l'Etat souhaite commémorer cette révolte ... contre l'Etat et la société d'alors ! En 1978, l'événement était encore trop récent et Giscard au pouvoir. En 1988, Mitterrand vient juste d'être réélu et sa personnalité s'accorde mieux avec un autre anniversaire qu'il prépare assidûment : le bicentenaire de la Révolution française, l'année suivante. En 1998, l'ex-trotskyste Lionel Jospin aurait pu être sensible à une commémoration ; mais nous sommes en période de cohabitation et le chef de l'Etat, Jacques Chirac, n'est guère, lui, soixante-huitard. En 2008, le président Sarkozy est celui qui a le plus vertement dénoncé mai 68 durant sa campagne électorale : impossible pour lui de renouer avec cette histoire.

Mais Emmanuel Macron est-il mieux disposé, plus en phase avec le soulèvement étudiant et ses suites politiques ? En apparence, non. Ses premières mesures politiques, son programme de campagne ne sont pas directement influencés par l'idéologie de mai. On pourrait même craindre le contresens, l'anachronisme. Je crois qu'il n'en est rien. Qui aujourd'hui peut se présenter l'héritier de mai 68 ? A mon avis, personne. Vous voyez Mélenchon sur les barricades ? Pourtant, si la lettre de l'événement n'est pas chez Macron (ni chez nul autre), je perçois l'esprit de mai en lui : il fait revivre, certes à sa façon, plusieurs thèmes soixante-huitards.

D'abord, l'exaltation de la jeunesse, l'opposition d'un monde nouveau contre le "vieux monde" des appareils politiques, des notables et des rentiers. Ensuite, Macron défend la liberté sous toutes ses formes : c'est pour lui la vertu cardinale. Enfin, l'ouverture au monde est sa préoccupation majeure, et son éloge de la mobilité fait penser à ces road movies ou road stories qui enchantaient les années 60 et 70. Macron, par sa vie, est un personnage iconoclaste, qui brise le moule social dans lequel il est né. Si on peut l'opposer à mai 68 sur certains points, on peut l'y rattacher par ceux-là.

Soyons plus précis, comme on dit aujourd'hui : mai 68 n'a pas été forcément ce qu'on croit ou ce qu'on a retenu. Ce mouvement était férocement anti-étatiste, antitotalitaire, anticommuniste. Il a donné naissance à de multiples courants, répugnant à tout monolithisme. La sensibilité "libéral-libertaire" est l'un d'eux, et c'est par elle qu'Emmanuel Macron se rattache à l'événement. Aucun autre de ses prédécesseurs n'a une aussi forte proximité avec mai 68, de quelque nature qu'elle soit. Il n'est donc pas surprenant que sa figure la plus emblématique, Daniel Cohn-Bendit, ait très rapidement soutenu le jeune leader d'En Marche ! Avec lui plus qu'avec aucun autre, l'imagination était au pouvoir. Alors oui, l'an prochain, tous ensemble, comme je l'avais fait il y a dix ans à Saint-Quentin et à Guise, nous fêterons mai 68, la richesse et la complexité de l'événement, y compris en interrogeant sa part sombre et ses adversaires résolus. Ne disait-on pas à l'époque : il est interdit d'interdire ?

dimanche 22 octobre 2017

Macron réélu président !



Le sondage paru aujourd'hui dans le JDD est apparemment stupéfiant : six mois après son élection, Emmanuel Macron serait aujourd'hui réélu, en améliorant nettement son résultat (+4 points). Le Pen ne bouge pas, Mélenchon baisse un peu, Hamon augmente un peu et Fillon recule de 5 points. A lire de nombreux sondages, à entendre de multiples commentateurs, le président ne devrait que baisser dans l'opinion : c'est tout le contraire !

Pourtant, rien de très étonnant : un sondage porte souvent sur un point particulier. Quand on vote, c'est sur une politique globale. On peut très bien désapprouver Macron sur telle mesure et adhérer à sa politique globale. Surtout, voter, c'est comparer et choisir. On peut critiquer Macron et pourtant le soutenir lorsqu'il est confronté à d'autres candidatures. Quoi qu'il en soit, ce sondage est rassurant et encourageant pour tous les macroniens : la base électorale du président de la République ne s'érode pas mais se renforce. La direction prise est donc la bonne. La contestation sociale ne mobilise pas et l'opposition manque de crédibilité : voilà qui est confirmé.

Bien sûr, tout sondage est relatif, éphémère et insuffisant. Qui pourrait aujourd'hui revoter pour Fillon, quand on sait maintenant son désastre électoral ? Mais la grande leçon, c'est que Macron élargit son audience à droite, Les Républicains n'ayant pour l'instant ni leader, ni projet. La grande leçon aussi, c'est que Macron ne perd pas à gauche : la radicalité de Mélenchon a atteint ses limites, même si elle demeure importante ; le PS ne se relève pas de son terrible échec.

Ce sondage prend aussi toute sa valeur lorsqu'on le compare à son équivalent, il y a cinq ans : après six mois, Hollande subissait une première importante baisse de popularité, jusqu'à voir Sarkozy l'emporter contre lui. On constate l'immense différence avec Macron. De quoi être satisfait, mais pas crier victoire : ce que je remarque le plus autour de moi, c'est que les gens, s'ils gardent leur confiance et leur espoir dans le président, sont en attente de résultats. C'est dans un an ou deux, quand on entrera dans le mi-mandat, que l'opinion se forgera une idée plus solide. Mais par les temps qui courent, un chef de l'Etat qui n'est pas impopulaire au bout de six mois alors qu'il a lancé plusieurs réformes et mesures controversées, il y a de quoi s'en réjouir.

samedi 21 octobre 2017

On ne se refait pas



Contrairement à beaucoup de Français (ce dont je ne me plaindrais pas), j'ai suivi jeudi soir l'émission consacrée à Marine Le Pen. "Oral de rattrapage", ont répété à l'envie les commentateurs, qui abusent souvent de métaphores. Je préfère l'écriture directe. Le Pen n'a rien "rattrapé" du tout. Elle a sans doute voulu effacer son débat raté des présidentielles. Mais si on peut corriger une erreur politique, on peut difficilement effacer une incompétence et un tempérament.

Elle a tenté, dans les apparences : les lunettes adoucissent le visage, le rire qui fait tant penser au père et fait si peu sérieux ne revient que rarement, quand elle s'oublie ; la couleur bleue est classique, là où les femmes politiques mettent généralement du rouge ou du blanc pour se faire remarquer. Sa parole est moins virulente. Bref, le côté facho s'estompe. Mais quand on voit derrière elle sa bande, Collard, Alliot et les autres, on se dit que la bête n'est pas morte.

Et puis, cette modération n'est pas qu'une tactique : c'est le signe d'une hésitation. Marine Le Pen avait l'air paumé, incertaine. Elle a gommé l'arrogance, pas son ignorance des dossiers. Face à Darmanin, très gentil petit garçon mais débatteur redoutable, c'était flagrant. Tout le monde a retenu, avec raison, son inconséquence sur l'Europe, où elle n'a pas changé depuis son naufrage devant Macron. Elle fait dépendre la sortie de l'Euro de multiples conditions, elle fait de la politique avec des "si", c'est-à-dire qu'elle ne fait pas de politique, car pour cela, il faut des convictions fermes (Philippot, sur ce point, est clair ; pas étonnant qu'il soit parti du FN ...). En tant que fervent européen, je m'en réjouis : les anti-européens sont si peu sûrs d'eux-mêmes qu'ils n'osent pas annoncer la couleur, ne vont pas jusqu'au bout de leur logique.

L'ISF, Le Pen est contre sa réforme, parce qu'elle taxe la richesse immobilière, pas le capital. Elle pense que si Macron supprime la taxe d'habitation, c'est qu'il veut transformer les Français en locataires nomades. Elle s'en prend à une "fiscalité du déracinement". Pour elle, les "racines", c'est l'investissement dans la pierre. Le capital est forcément mauvais, égoïste, cosmopolite. Elle fait plus confiance à la propriété qu'à l'entreprise. Le Pen se prétend pragmatique et elle nous sort tout un discours idéologique dans lequel on reconnaît facilement les caractéristiques de toujours de l'extrême droite. Sans compter l'aspect mensonger et délirant, puisque Macron n'a pas l'intention de s'en prendre à la propriété, ni de développer les locations ! Il veut simplement que la charge locative soit moins lourde et que le capital s'oriente vers la création d'emplois. Marine Le Pen a essayé jeudi soir de se refaire, mais on ne se refait pas. Et ce n'est pas moi qui lui reprocherai d'être fidèle à elle-même.