vendredi 16 septembre 2016

La vengeance aux yeux clairs



J'ai bien sûr regardé hier Sarkozy. Mais que dire ? Quand on est contre, on est contre ... Juppé, je peux entendre, comprendre, éventuellement approuver. Sarkozy, non, rien ne passe. Florilège :

Sur le mariage homosexuel, il se dédit. Tant mieux, mais ce n'est pas sérieux. Ecoutez ça : "Jamais je n'aurais pu imaginer qu'on parle autant de la vie sexuelle dans le débat politique". Cet homme n'a pas beaucoup d'imagination. Surtout, il se trompe : le débat ne portait pas sur la sexualité, mais sur le droit.

Sur le réchauffement climatique, Sarkozy affirme que l'homme n'est pas le seul responsable. Sans doute, mais quand on fait de la politique, ce qui compte, ce sur quoi on peut agir, ce sont les hommes, ce qu'ils font ou ce qu'ils devraient faire, leur responsabilité. Sinon, on se réduit à l'impuissance.

Sarkozy, en matière d'avenir de la planète, nous ressort une vieille lune des années 70 : l'explosion démographique. Comme s'il n'y avait pas assez de place vide sur notre bonne vieille Terre pour accueillir pas mal de monde pour encore pas mal de temps. Et après, pas grave, on ira loger dans les étoiles ...

Sarkozy n'est pas trop écolo, mais il se fait le défenseur du "principe de précaution" ... appliqué aux terroristes : mettre en rétention les fichiers S. "S'il n'a rien fait, on le relâche et éventuellement on lui présente nos excuses bien sûr". Est-il permis de rire sans offense à ancien chef d'Etat ?

Dans l'affaire du dépassement gigantesque de ses comptes de campagne, Sarkozy ne se reconnaît aucune responsabilité morale. Il n'a pas été mis en examen dans l'affaire Bygmalion, donc tout va bien, continuons. Dans la même veine, l'un de ses futurs ministres mis en examen resterait sans problème au gouvernement. Logique : quand on est pris le doigt dans le pot de confiture, on autorise les autres.

A un gars dans une usine qui se lève à 5 heures du mat et traîne des chariots d'un poids pas possible, Sarkozy répond que le travail de bureau, devant un ordi, est tout aussi pénible. Alors, qui veut faire l'échange ? Pas beaucoup de monde, je parie. Et puis, il y a la formule qui claque, sa spécialité : "le devoir de travailler est supérieur au droit d'être indemnisé". Toujours cette manie de comparer ce qui est incomparable, le curé et l'instituteur, le devoir et le droit, etc. Où est le devoir de travailler quand il n'y a pas de boulot ?

J'arrête là, je pourrais continuer, tout est du même bois. Pourtant, ne le répétez pas : Sarkozy m'épate ! Il a un tas de procès aux fesses, Juppé devant lui, un échec à la présidentielle, mais il est toujours là, imperturbable, boule d'énergie, pile Wonder inusable. A 80 ans, il sera encore ainsi, c'est à peu près certain.

Sarkozy ne pouvait pas me convaincre, puisque je ne l'étais pas d'avance et depuis longtemps. Mais a-t-il convaincu les Français ? 2,7 millions de téléspectateurs l'ont suivi. Sur TF1, ils étaient 5,6 millions à regarder la série "La vengeance aux yeux clairs".

5 commentaires:

Philippe a dit…

« Sarkozy m'épate ! »
Moi aussi !
Il faut dire que chefs de meutes des oligarchies républicaines les élections jouent en quelque sorte le rôle de lessiveuses, elles lavent tout.
Mais Aloïs Chirac est l’exemple quasi indépassable du phénomène.

Anonyme a dit…

Moi, je n'ai perdu mon temps à écouter ce personnage agité, grossier et vulgaire qui nous a gouverné de 2007 à 2012 parce que les "éléphants" et l'appareil dirigeant du PS ont savonné, saboté la candidature de Ségolène Royal. Démagogue, opportuniste et affairiste, enfin petit oligarque, petit télégraphiste de GW Bush ainsi que de Madame Merkel, aux ordres de Bruxelles, Berlin et Washington.

Maxime Lépine a dit…

Je vois pas en quoi ses propos sur le réchauffement climatique vous choque... quant à la pénibilité du travail de bureau, elle est très réelle notamment pour les cadres sur qui pèsent le poids des responsabilités.

C a dit…

L'idée de "mettre en rétention les fichiers S" est une marque certaine qu'avec le retour de cet homme aux affaires l'état serait devenu policier puisque lesdites fiches sont des fiches de police. Une sorte de retour aux lettres de cachet de l'ancien régime. Rien que pour ça, il faut surtout non pas seulement ne pas voter Sarkozy mais faire du prosélytisme pour inciter les citoyens à ne pas voter pour ce bateleur.

Anonyme a dit…

Vulgaire dans son comportement, populiste dans des propos dignes du café du commerce, familiarité (voir menace) envers les journalistes, hostile vis à vis des chômeurs, incapable de reconnaitre sa responsabilité de chef dans l'affaire de ses comptes de campagne (et non "affaire Bygmalion")....

Triste spectacle hier soir à la télévision.

SURTOUT PAS LUI pour 2017