jeudi 21 juillet 2016

Valls d'attaque



En regardant les derniers débats à l'Assemblée nationale, mon cœur a basculé : Valls est quand même meilleur que Macron ! Il a le sens de l'adversité, sait se montrer agressif quand il le faut. Macron est trop souriant, trop gentil, trop premier communiant, trop gendre idéal. Mais le cœur ne doit pas supplanter la raison : celui qui a la meilleure pensée sur ce que doit être une gauche social-démocrate, celui qui a bien senti le besoin de rénovation et d'innovation de la politique, c'est Macron plus que Valls. Il faudrait conjuguer la fougue de l'un et l'intelligence prospective de l'autre !

En regardant ces débats parlementaires, je me suis dit aussi que la politique, avec tous ses défauts, offre un grand avantage : elle apporte un peu de rationalité dans cette tragédie irrationnelle qu'est l'attentat de Nice. Chaque parti propose son analyse et avance ses solutions. Nous sortons de l'ignorance et de l'impuissance. Les mesures prises par le gouvernement me conviennent parfaitement. La prolongation de l'état d'urgence ne se discutait même pas. Il est bien que la gauche ait retenue la durée de 6 mois souhaitée par la droite. Même si l'union nationale ne s'est pas faite, il est bon de montrer que des points d'accord sont possibles, dans une situation aussi dramatique.

L'idée de garde nationale est excellente. Il faut que chaque citoyen qui le souhaite se sente impliqué dans la lutte contre le terrorisme. Je ne crois guère aux mesures spectaculaires. La vigilance collective, quotidienne et patiente est plus efficace contre les coups de folie des fanatiques. En revanche, il faut totalement rejeter les camps de rétention que suggère une partie de la droite. Juridiquement, le projet est contestable : on ne peut pas enfermer des gens sur un simple soupçon. Surtout, ce n'est ni efficace, ni dissuasif : le meurtrier de Nice n'aurait pas été empêché de commettre son carnage si des camps de rétention avaient existé. Le gouvernement tient fermement les deux bouts du problème : se prémunir autant qu'il est possible contre le terrorisme, ne pas renoncer aux principes de l'Etat de droit.

Nicolas Sarkozy, il y a quelques jours sur TF1, a émis un point de vue à l'opposée du mien, en utilisant le concept de "guerre intérieure", mise à égalité avec la "guerre extérieure" que nous menons en Syrie contre l'Etat islamique. Non, la "guerre intérieure", ce serait la guerre civile d'une partie de la population contre une autre, celle que précisément Daech voudrait bien voir s'installer en France. Que nous ayons à mettre hors d'état de nuire des cinglés inspirés par le fanatisme islamique est un fait, mais ça ne constitue pas une "guerre intérieure". Mon propos n'est pas purement sémantique : en politique, il faut faire attention à ce qu'on dit. Rien de plus affolant et anxiogène pour la population que cette idée de "guerre intérieure", dont nos compatriotes musulmans seraient alors les premiers suspects et les premières victimes.

J'ai apprécié que Manuel Valls ne cède rien aux reproches faits au pouvoir et à ses services sur les prétendues "failles" dans le dispositif de sécurité à Nice. Le Premier ministre a eu l'une de ces formules définitives qui achève une fausse polémique : "Ce n'est pas l'Etat qui organise les feux d'artifice". Au demeurant, la Ville de Nice, la préfecture, le département, les forces de l'ordre ont fait leur travail ce soir-là, et il ne sert à rien de dire : "on aurait pu ..." ou "il aurait fallu ...".

Sur France 2, au milieu de multiples interventions d'anonymes, pas toujours bien inspirées, une dame, la cinquantaine, souriante, a eu cette phrase d'un si rare bon sens, qui est pourtant l'évidence même : "On ne peut rien contre un fou, il faut faire avec. Je ne change rien à ma vie, je continue de sortir. Il faut être prudent et rester calme". Oh ! oui madame.

15 commentaires:

Maxime Lépine a dit…

Dans "fiché S" le S signifie sûreté et non pas soupçon. L'internement des fichés S n'aurait peut-être pas empêché l'attentat de Nice mais il pourrait en contrecarrer d'autres. Le droit n'est pas un problème, la loi cela se change. Et comme le disait Wauquiez sur BFMTV je ne vois pas pourquoi on donnerait des droits aux ennemis du droit. Et je ne pense pas qu'il soit prudent de laisser tous ces islamistes en puissance en liberté, leur donnant la possibilité de se comporter comme une cinquième colonne. Enfin, entre le droit et la sécurité je préfère la sécurité.

Philippe a dit…

Eté 94 pendant une période de cohabitation (Mitterrand, Chirac) on a embastillé illégalement des personnes en séjour régulier en France mais supposées être des islamistes algériens.
Où les a-t-on embastillé mais à Folembray ... Aisne.
Ils ont été expulsés ensuite illégalement vers le Burkina Fasso (il me semble) ........... une poignée y seraient encore !!!!!!!!!!!!!!!!
Le droit n'a jamais été un problème même pendant les périodes de cohabitation !!!!!!
Bref en politique, comme on dit le droit et encore moins la morale n'existent, quand on veut on fait !

Philippe a dit…

"On ne peut rien contre un fou, il faut faire avec. Je ne change rien à ma vie, je continue de sortir. Il faut être prudent et rester calme". Oh ! oui madame."
Pas si simple .............
Si je suis dans une rue où un fou déboule en faisant des cartons mieux vaut être en Israël qu'en France.
En Israël il y aurait peut être un civil armé qui le stopperait avant qu'il arrive à ma hauteur, en France pour l'instant !!!!
En Israël on compte sur les citoyens pour défendre la République, en France les dirigeants ont peur ou qui sait méprisent les citoyens ...

Anonyme a dit…

Si "ce n'est pas l'Etat qui organise les feux d'artifice" en revanche c'est à lui d'organiser et maintenir la sécurité publique. En effet le premier des droits de l'Homme est le droit à la sûreté des personnes et des biens on peut dire qu'avec l'attentat de Nice le gouvernement n'assure plus ce strict minimum qu'on est en droit d'attendre de lui. S'il ne veut ou ne peut prendre les mesures adéquates il n'a qu'à s'en aller!
Manuel Valls ne semble bon que dans le débat politicien contre la droite, c'est bien insuffisant. Je suis plutôt réservé quant à la création d'une garde nationale qui aura un coût économique incompatible avec les engagements européens auxquels le gouvernement a souscrit et ne respecte pas. La priorité du pacte de sécurité sur le pacte de stabilité, énoncée après les attentats du 13 novembre dernier, est restée à l'état de voeux pieux sans aucune réelle application. Le temps que cette mesure produise des effets tardera bien à soulager les militaires d'une opération Sentinelle déjà largement surexploitée. D'ailleurs ce genre d'action ne devrait jamais faire partie des missions de l'armée dramatiquement amputée par ses moyens en hommes et matériels depuis 25 ans. Hollande et son gouvernement n'ont pris que des mesurettes. A quand des mesures significatives?

D. a dit…

"Enfin, entre le droit et la sécurité je préfère la sécurité."
Souffrez que pour d'autres que vous, qu'à l'instar de JMLP, vous qualifierez éventuellement de "droits de l'hommistes", le droit prime sur la sécurité.
Sans cette inversion des valeurs, y aurait-il eu les maquis de Limousin ou de Vercors ?
Je ne vous en veux pas, je vous prie de reconsidérer votre position !

Maxime Lépine a dit…

Appelons-les les "droits de l'hommiste" alors. J'ai juste une question: une fois que les terroristes vous auront abattus, votre carcasse profitera-t-elle de l'État de droit? Je suis assez sceptique quant à cette possibilité...

Ne me ressortez pas vos histoires de résistants. Vous savez très bien que les maquisards étaient ultra-minoritaires dans la population française de l'époque. En plus, c'est hors sujet car anachronique.

Maxime Lépine a dit…

À ceci j'ajoute que les mesures proposées par Wauquiez (par exemple) ne vous concernent pas et ne réduiraient la liberté que de quelques milliers d'individus. On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs et il vaut mieux assurer la sécurité de la majorité de nos concitoyens.

citoyen a dit…


Bien...vous voulez plus de policiers ,de gendarmes,de militaires mais cela a un coût ;êtes-vous prêts à mettre la main au portefeuille?( augmentation des impôts inéluctable) sinon votre indignation ne vaut pas plus qu'un effet de manches genre Me Collard ou L.Wauquiez.
Il manque à l'opposition de droite à la fois de la décence et de la cohérence;facile quand on n'est pas "aux affaires" de se baigner dans le " y avait qu'à.." quand on n'a pas été capable ,en situation de gouverner, de prendre les bonnes mesures ; mais hélas la gauche s'est quelquefois comportée ainsi quand elle était dans l'opposition; le jeu politique comme on dit( comme si c'était un jeu..)n'en sort pas grandi

D. a dit…

"Vous savez très bien que les maquisards étaient ultra-minoritaires dans la population française de l'époque. En plus, c'est hors sujet car anachronique."
Aurait-on ainsi forcément faux parce qu'en minorité ?
Les victimes des maquis, minoritaires, avaient donc tout faux ?
Les historiens jugeront de la qualité de vos propos que pour ma part je déclare scandaleux, outranciers et finalement donc sans intérêt autre que donner à réfléchir à celles et ceux qui n'avaient pas encore pensé à cela.

Philippe a dit…

Une remarque très pragmatique ...

Une estimation du coût de la sécurité, très complexe, nécessiterait pour comparer de connaître le coût de l'absence de sécurité.
L 'attentat de Nice va être économiquement très coûteux.
La côte d'Azur c'est 10 milliards d'euros au plan touristique.
Actuellement les annulations sont massives.
Pour le festival de Cannes
La bonne décision sécuritaire avait été prise.
Les huiles du Festival de Cannes ont en effet fait appel à un spécialiste en sécurité israélien le Gal Nuriel !
http://www.jewishpress.com/news/breaking-news/cannes-police-juggling-film-festival-needs-for-security-and-broad-access/2016/05/08/
Un général qui a ses détracteurs … ici :
http://www.panamza.com/100516-cannes-nuriel/
A mon avis la France désindustrialisée n'a pas intérêt à perdre l'un de ses ballons d'oxygène : le tourisme !

Maxime Lépine a dit…

Pourquoi devrions-nous augmenter les impôts? On n'a qu'à récupérer l'argent sur des budgets moins importants. Par ailleurs, la construction et la surveillance des camps pour fichés S ne coûteraient pas si cher, il ne s' agit pas de mettre en place des hôtels 5 étoiles pour terroristes en herbe.

Maxime Lépine a dit…

Je voulais juste dire que la majorité des Français préféraient à cette époque la sécurité et la survie, ce qui me semble tout à fait naturel, n'importe quel animal faisant cela. Vous interprétez de façon biaisée mes propos, je n'ai jamais introduit de notion de vrai et de faux.

Maxime Lépine a dit…

L'internement des fichés S aurait permis d'éviter la prise d'otages dans cette église normande ce matin. Quand je vous le dis que c'est urgent! Ceux qui défendent les droits de nos ennemis sont des traîtres tout comme eux.

S a dit…

Mais qui décide de ficher "S" ?
"S" comme susceptible de passer à l'acte, est-ce suffisant pour envoyer à l'ombre (et pour quel laps de temps) un quidam ?

Philippe a dit…

S a peut être voulu dire
attendons qu'ils passent à l'acte ....
dans ce cas le "populo" fera comme les cagoulés corses est-ce souhaitable ? voire même du préventif mode Robespierre natif d'Arras ................