dimanche 10 janvier 2016

Unité, combativité, renouvellement



L'élection législative partielle qui aura lieu à Saint-Quentin oblige la gauche à réfléchir sur elle-même et sur son avenir. C'est très bien. Au-delà du résultat, c'est bien du destin de la gauche locale dont il sera question. Au cœur de ce débat se posera la question de l'unité. Un ticket PS-Vert n'est pas une possibilité, c'est une nécessité, et pour les uns, et pour les autres. Au niveau national, une prise de conscience commence à se faire. Hier, Emmanuelle Cosse, responsable d'EELV, a reconnu que le rapprochement avec la gauche radicale, notamment dans le cadre du scrutin des régionales, avait été une erreur. Il faut que les écologistes eux aussi repensent le problème de leurs alliances, et qu'ils se recentrent sur les thèmes spécifiquement écologistes. A l'heure de la COP 21, c'est là aussi une nécessité.

Se pose aussi la question de la lutte contre l'extrême droite. Sandrine Rousseau, tête de liste EELV dans notre grande région, a tenu ce week-end, sur France-Inter, des propos qui vont dans le bon sens : "un Front national à 41%, c'est un phénomène de société, donc il faut mener une bataille culturelle, et aujourd'hui, cette bataille culturelle est en train d'être désertée par la gauche". Oui, c'est à ce niveau de profondeur et de gravité qu'il faut situer le combat contre le FN. Marine Le Pen reviendra probablement à Saint-Quentin pour soutenir ses candidats à la législative. Cette fois, il faudra organiser une manifestation digne de ce nom, et mettre les partis de gauche devant leurs responsabilités (la fois précédente, ils avaient refusé de s'impliquer, à l'exception des Verts).

Les candidats de gauche devront être désignés rapidement. La droite aura les siens dès samedi prochain (ils ont probablement déjà été choisis par Xavier Bertrand). Les cérémonies des vœux dans la circonscription seront l'occasion d'une indispensable présence, notamment celle de Saint-Quentin, parmi les nombreuses autres manifestations prévues en janvier. Quant aux noms à retenir, je crois, comme Jean-Jacques Thomas, premier secrétaire fédéral du PS, qu'il faut faire place à la nouvelle génération ( dans L'Aisne nouvelle de ce samedi), préparer 2017 et la suite. Car c'est ce que la droite a l'intelligence de faire, en promouvant Julien Dive et Thomas Dudebout. Il reste peu de temps, la campagne sera difficile mais le pire serait de ne présenter aucun candidat, comme au dernier scrutin départemental dans le canton de Saint-Quentin nord.

11 commentaires:

fano F a dit…

Sans le pc et olivier tournay vous perdrez, ici sociologiquement c'est rouge !
Le sous prolétariat votera fn plutôt que pour le ps.
C'est tous ensemble ou la défaite.
Je ne vous ferais pas l'injure de vous rappeler le score de jp lançon.
Il est parlant, devant le tribunal du chiffre aucune idée ne résiste, vox populi vox dei.
Si le peuple se reconnaissait à saint quentin, se retrouvait, la droite n'aurait ici droit de cité.

Anonyme a dit…

les socialistes peuvent tout de suite voter pour le candidat de bertrand on gagnera un tour !

Emmanuel Mousset a dit…

Ma préférence va à un ticket PS/PCF. Mais le PCF n'en veut pas.

Anonyme a dit…

Ma préférence va à un ticket PS/PCF. Mais le PCF n'en veut pas.
car chat échaudé craint l'eau froide...

Emmanuel Mousset a dit…

Il n'y a jamais eu de ticket PS/PCF. Votre histoire de chat et d'eau froide ne marche pas.

Philippe a dit…

"un Front national à 41%"
il faut tenir compte des citoyens qui s'abstiennent volontairement qui votent nul qui votent blanc qui sont malades etc.
Il n'y a jamais eu un FN à 41%.
Pour tous les partis il faut quasiment diviser par deux ces pourcentages fallacieux.
Il font croire que les citoyens sont dans leur majorité des admirateurs du système.
Simple exemple
On pourrait imaginer que pour les prochaines élections de St Quentin on tire au sort des citoyens comme pour les jurés d'assises et que le vote des autres citoyens se fasse sur cette liste.
Ce chantier de rénovation de la politique a déjà été évoqué de manière beaucoup plus étayée par d'autres mais bien entendu tous ceux qui ont la tête dans le fromage France en étouffe l'évocation.


Emmanuel Mousset a dit…

Ah bon , j'avais cru comprendre que c'était le résultat du FN. Mais vous devez avoir raison contre tous.

Quant à tirer au sort, c'est bon pour les enfants. Je préfère le choix intelligent.

Philippe a dit…

les cours d'assises sont des jeux d'enfants ...
Encore un qui n'a jamais été juré !

Philippe a dit…

dit encore autrement par le fasciste de service !!!
"Le fait d’exprimer le pourcentage des votes par rapport au nombre de votes exprimés et non par rapport au total d’inscrits sur les listes électorales peut sembler logique, il entraîne néanmoins deux biais importants :
— Une surreprésentation des partis politiques, dont les scores sont en fait a diviser par 2 lorsque l’abstention est à 50 %,
— Le problème de l’abstention, très grave pour une démocratie, est le plus souvent occulté, si ce n’est pour spéculer sur d’éventuelles « réserves de votants ».
Pourquoi ne pas annoncer les résultats systématiquement par rapport au total des inscrits sur les listes électorales ?
Sans oublier les votes blancs, cela permettrait un traitement plus objectif des résultats, révélateur de l’ampleur de la crise démocratique en France."

Emmanuel Mousset a dit…

1- Nous parlons de mandats politiques, pas de la constitution des jurés d'assise.

2- Vos tripatouillages ne visent qu'à discréditer la démocratie. Heureusement, elle en a vu d'autres.

Anonyme a dit…

La démocratie est indispensable mais elle peut se conjuguer sous tant de formes... Et certaines formes peuvent apparaître meilleures aux uns, moins bonnes aux autres. Ne dit-on pas "cuisine électorale" ? Affaires de goûts, affaires de sensibilités... Pourquoi pas parvenir à des formes évoluées avec élections de podestats ou de doges au point où nous en sommes, ça n'irait sans doute pas plus mal...