mercredi 13 janvier 2016

Les jours meilleurs



Dans quelle société vivons-nous ? Les Juifs de Marseille se sentent obligés de ne pas mettre leur kippa, pour pouvoir vivre, se déplacer, se promener en toute sécurité, comme tout le monde. C'est terrible. On croyait que ce passé-là, où les Juifs étaient forcés de cacher leurs convictions religieuses, était définitivement révolu. Le revoilà, dans un pays où l'extrême droite xénophobe réalise des scores électoraux énormes, où le débat sur la déchéance de nationalité exacerbe les passions mauvaises. Comme nous sommes loin de la France des droits de l'homme, de 1789 et de la République !

Je n'incrimine pas le responsable de la communauté juive de Marseille. Il a ses raisons, il veut protéger les siens, et c'est légitime. Mais je m'insurge contre le fait de devoir en arriver là, de remettre en cause une liberté élémentaire, qui n'est pas seulement religieuse : le droit de se vêtir comme on veut, avec ce que l'on veut. Un grand climat d'intolérance se répand à travers le pays, et depuis quelques années déjà. Les attentats de l'an dernier ont rajouté à la psychose. Un pauvre type avec un couteau de boucher et de faux explosifs menace un commissariat, il devient un dangereux terroriste, c'est la panique. Une église est touchée par un incendie causé par un SDF, et l'on y voit la main de Daech. Où va-t-on aller comme ça, dans cette ambiance de peur ?

De toute part, c'est la grande confusion : on mélange religion et terrorisme, laïcité et xénophobie. La loi interdisant les signes religieux ostentatoires à l'école, que je n'ai jamais cessé de critiquer, a lancé un très mauvais signal, que s'est empressée de reprendre à sa façon l'extrême droite : l'idée que toute expression d'appartenance religieuse était suspecte, condamnable et contraire à la laïcité, alors que c'est le contraire ! La République, c'est la liberté de vivre en paix et de faire état de ses convictions, quelles qu'elles soient, comme on l'entend. Interdiction du voile hier, retrait de la kippa aujourd'hui : et demain, ce sera quoi ?

Le responsable marseillais de la communauté juive a demandé d'attendre "les jours meilleurs" pour reprendre une attitude normale et remettre sa kippa dans les lieux publics. Mais quels "jours meilleurs" peut-on espérer ? Les jours meilleurs, c'est dès maintenant, ou alors jamais.

19 commentaires:

lecteur a dit…

Il est de rappeler que notre République permet à tout un chacun de croire ou ne pas croire, de s'habiller comme il l'entend( sans provocation exagérée) et de pouvoir "vivre sa religion" sans crainte....mais, car il y a un mais,....à condition de ne pas essayer d' imposer les obligations de cette religion .Il y a donc lieu d'être vigilant et de ne jamais céder sur ce point.
TOUTES les religions ont sans cesse essayé( et continuent d’essayer)) de s’immiscer dans la vie publique et il faut arrêter de prendre le terme "anticléricalisme" avec un sens péjoratif genre " ennemi de la religion" Tenons nous en à ce principe on ne peut plus simple: la Loi protège la foi tant que la foi n’essaye pas d'imposer sa loi.

Emmanuel Mousset a dit…

La foi impose sa loi lorsqu'elle occupe un pouvoir dans les institutions. C'est ce qu'on appelle le cléricalisme. En ce sens, je suis anticlérical. Mais, en République, les religions, comme les partis, les syndicats et les associations sont libres de militer et de faire du prosélytisme dans l'espace public (c'est d'ailleurs leur fonction) : droit de manifester, d'informer et de recruter. L'école en est exclue, puisque seuls les adultes sont concernés. Les agents de l'Etat, dans l'exercice de leur fonction, sont soumis au devoir de neutralité.

Je me suis permis ce rappel (républicain et laïque), parce que votre commentaire, globalement juste, est un peu ambigu sur la liberté religieuse dans l'espace public.

fano F a dit…

Stefan sweig parlait du monde d'hier

Marc a dit…

Il paraît que l'enseignant juif agressé à Marseille s'est protégé grâce à un livre sur sa religion, la Torah, ce qui l'a peut-être sauvé. Alors j'en profite pour signaler que le livre magnifique et complet de plus de 1500 pages de l'Abbé Zins est toujours en vente, avec un livre aussi volumineux vous pouvez ne plus craindre les agressions des islamistes fanatiques, et sauver par dessus le marché votre âme en plus de votre corps. Il y traite sur 300 pages environ de l'Enfer, puis du Purgatoire et enfin plus de 1000 pages sur le Ciel ! C'est un livre unique en son genre car complet, aucun élément n'est laissé de côté. Il n'en existe pas d'autre aussi exhaustif. C'est pour cela qu'il a mis 10 ans de sa vie pour ce travail avec toutes les recherches nécessaires, tout en éditant sa revue trimestrielle "Sub Tuum Praesidium" et internet (un peu en repos actuellement). Pour se le procurer il faut lui écrire : Abbé Vincent-Marie Zins, Notre Dame de l'Epine, 53480 Saint Léger-en-Charnie. Bien mettre son adresse pour qu'il puisse vous l'envoyer et un chèque de 49 euros (9 euros comprend l'emballage et les frais postaux). Il m'arrive de lui faire de petits dons car il faut savoir que cet Abbé est diacre, a fait un choix de vie un peu comme les Pères de l'Eglise avec le minimum de confort, sans minimum social ni sécurité sociale, chauffage au minimum et électricité pour lire et pour internet. Il ne faut pas avoir peur de l'énormité du livre car il y a de très nombreux chapitres et sous-chapitres qui vous permettent d'aller directement vers ce qui vous intéresse le plus. Si vous êtes intéressé vous ne le regretterez pas, si c'est juste pour le mettre dans sa bibliothèque c'est moins intéressant. Bonne lecture ! En Jésus et Marie avec le Saint-Esprit. Marc.

Anonyme a dit…

Bonsoir Emmanuel,
Tu laisses des messages prosélytes et de la pub (même littéraire et peut-être un livre intéressant).
Loin de moi de vouloir chasser les marchands du temple (ça finit toujours mal), mais quand même. Sinon, la Emeth Torah existe aussi en version hébreux/français, au prix de 65 euros, relié cuir d'agneau.


Jusqu'où pourrions-nous aller !

Laurent

Emmanuel Mousset a dit…

J'hésite en effet à publier ce genre de message. Mais comme il n'y avait rien de mal ...

Anonyme a dit…

"Marc" est prosélyte et en son genre, il est plus divertissant ici que gênant. Et puis, pour EM accepter ses textes ou les refuser relève du fait du prince et de sa responsabilité seule et unique.

Emmanuel Mousset a dit…

Prince, ça me va ...

Anonyme a dit…

Prince royal ... retour aux sources ?

Anonyme a dit…

Si le problème essentiel était la liberté élémentaire de se vêtir comme on veut et avec ce que l'on veut alors pourquoi ne pas accepter le port du voile islamique partout et même la burqa? La liberté pour la femme musulmane d'obtenir des horaires d'ouverture spécifique des piscines publiques par refus de la mixité, du regard masculin comme le fît votre "amie" Martine Aubry il y a quelques années à Lille.

Anonyme a dit…

Votre obsession de l'extrême droite vous fait dire des bêtises. Par exemple si MLP dit qu'il neige et que tout le monde peut faire le même constat vous ne diriez pas la même chose?
Le terme République est polysémique mais l'on s'accorde en général qu'elle va avec l'état de droit et en France avec la laïcité. D'après la grande loi de 1905 la laïcité c'est la neutralité de l'Etat et de tous les pouvoirs publics pour organiser dans le cadre d'un Etat de droit la coexistence pacifique de tous les cultes et de ceux qui n'ont pas de religion révélée.
Le problème majeur est qu'une petite minorité de nos concitoyens musulmans ou pas, convertis ou pas, trouvent partout une interprétation déformée de l'islam un ou des éléments de radicalité dont ils ont besoin en liaison avec un conflit au Proche-Orient où ils trouvent une expression concrète de leur radicalité et donc pour laquelle ils s'engagent. Pour les combattre il n'est pas nécessaire de constitutionnaliser la déchéance de bi-nationalité dont bien peu d'entre eux sont titulaires qui existe déjà au Code civil art 23-7 et 23-8, non plus l'état d'urgence. A cet effet il faut recruter des postes de policiers et d'agent de renseignement, pour empêcher ces radicalisés de nuire, supprimés maladroitement au cours de la décennie passée. Le pacte de sécurité doit vraiment prévaloir sur le pacte de stabilité. De la même façon pour faire la guerre efficacement contre l'Etat Islamique en Syrie et en Irak et également contre Aqmi et Boko Haram en Afrique subsaharienne il faut rétablir le recrutement des 30 mille militaires supprimés au cours de la décennie passée en raison d'une vision purement comptable de la gestion publique. Il faut donc reconstituer un budget des forces armées en hommes et en matériel en nombre et en qualité.

Philippe a dit…

On peut ajouter que ces dépenses nécessaires à notre survie vont entrainer des conflits avec l'allemagne qui n'a quasiment pas de dépenses militaires.
Une remise en question de la politique économique de l'UE en sera la conséquence inéluctable.
Finalement si on suit cette voie : la défense de la population majoritaire et de sa culture judé-chrétienne on finit par appliquer peu à peu la politique FN.

Autre solution celle d'accepter les solutions préconisées par le mode de vie de l'Islam tel qu'il se développe en France concernant une minorité de francais.
Les femmes majoritairement à la maison d'où diminution du chômage
Censure d la liberté d'expression etc.
Houellbecg en a fait un livre à succès.

Une troisième voie est peu probable
En France il n'y a pas eu d'Islam des Lumières comme par exemple le djadidisme en Russie.
(on ne parle jamais de cela en France d'ailleurs)

Emmanuel Mousset a dit…

Les femmes à la maison, c'est pas l'islam, mais la France pendant des siècles.

Philippe a dit…

Bien sûr, concernant les femmes et beaucoup d'autres choses lire l'oeuvre de jean-louis Beaucarnot, instructif sur les moeurs de nos ancêtres. Un tout autre monde que le notre ressemblant à celui dominé par l'Islam.
Mais contrairement à l'Islam (sauf celui que j'ai indiqué ci-dessus) la culture issue du monothéisme chrétien s'est dégagé notablement de cette religiosité oppressante et le sort des femmes a progressé en Occident.

Anonyme a dit…

le sort des femmes a progressé en Occident ?
Grâce à qui ?
Il est toujours tentant de falsifier l'histoire au profit de la tendance qu'on veut défendre.
Il faudrait savoir résister à la tentation !

Anonyme a dit…

Soyons honnêtes tout de même, la montée de l'antisémitisme en France n'est pas liée à celle du Front National, et vous le savez Emmanuel. Il n'y a qu'à prendre l'auteur de cette dernière agression pour voir qu'il n'y a pas de lien à établir.

D. a dit…

Il faudrait déjà savoir si ce que d'aucuns affirment péremptoirement : la montée de l'antisémitisme, est réelle ou fantasmée.
Les remarques, les réflexions, les blagues entre collègues, entre copains, entre membres d'une même famille, valent-elles les agressions physiques (et dans ces agressions, il faut nécessairement inclure les agressions verbales tout autant traumatisantes) directement faites à des ressortissants de religion juive ?
Ensuite, si la vérification statistique prouve l'effective montée, il faudrait rechercher qui en sont les auteurs.
Enfin il ne s'agit pas non plus de mélanger antisémitisme et antisionisme.

Philippe a dit…

"le sort des femmes a progressé en Occident ?
Grâce à qui ?"
A mon avis absolument pas "grace à qui" (ou alors grâce au Kaiser)
mais plutôt à la faveur de quels événements ou grâce à quoi ?
sur le terreau d'une perte d'influence de l'Eglise catholique deux séismes majeurs :
l'un d'intensité exceptionnelle la guerre 14/18 les femmes ont remplacé les hommes dans les usines et les champs
l'autre sa réplique de plus faible intensité ... les hommes dans les stalags pendant pour les plus vieux 2 ans et pour les plus jeunes 5 ans et le STO qui a écarté nombre de jeune de la France
A la faveur de ses événement le pouvoir social des femmes a pu se développer ce qui n'était que justice mais ce n'est ni grâce aux hommes ni grâce aux religions.

Anonyme a dit…

"Prince, ça me va ..."
et avec ça, les riches heures du duc de Berry, pourquoi se priver ?