dimanche 28 mai 2017

Mike, Yann, Paul et les autres



La lecture de la presse locale a pu donner l'impression, à Saint-Quentin, d'un groupe local En Marche ! frappé d'incompréhension et en plein désarroi, après l'absence de candidat aux élections législatives. Ce n'est pas exact. Ce qui est vrai, ce sont les sentiments d'embarras et d'insatisfaction que nous éprouvons tous, sans exception : un député En Marche ! était à notre portée, nous n'en aurons pas. Ce scrutin aurait été l'occasion de nous mobiliser autour d'un possible leader et d'envisager de cette façon l'avenir : ce ne sera pas le cas. Mais c'est la vie ! Dans le choix d'En Marche, les considérations nationales l'ont emporté sur les considérations locales : c'est ainsi.

A partir de là, les marcheurs saint-quentinois sont-ils divisés ? Non, il y a seulement des points de vue différents, dans un mouvement qui laisse ses comités et ses adhérents très libres. Ce n'est donc pas un problème, contrairement à ce qui se passerait dans un parti traditionnel. Trois positions distincts se sont publiquement exprimées, à travers la presse ou les réseaux sociaux. Il est important de les rappeler :

1- Mike Plaza est l'historique d'En Marche ! à Saint-Quentin, fondateur et animateur de son premier comité. Il a travaillé auprès d'Emmanuel Macron, dans l'équipe chargée de sa sécurité. Sur sa page Facebook en date du 17 mai, il dit, à propos de l'absence de candidature d'En Marche ! : "Je peux le comprendre". Mike en tire une conséquence très claire : "Seul le député Julien Dive est en capacité de faire barrage au FN et de travailler avec les membres du gouvernement ainsi que la future et probable majorité présidentielle".

2- Yann Drique est le co-animateur du second comité local d'En Marche ! et défend un point de vue nettement différent, très hostile au député sortant : "Nous sommes très très éloignés de Monsieur Dive. Quelque part, il a montré son ancrage à droite. Nous savons ce qu'il est. Nous ne lui ferons pas de cadeau, nous saurons lui rappeler ces prises de positions" (le Courrier picard, 23 mai). Yann se montre également très critique envers la décision nationale d'En Marche ! : "Des petits calculs politiciens qui reposent sur des petits arrangements et compromis".

3- Paul Gironde est un macronien membre du MoDem, conseiller municipal et vice-président à l'Agglomération. Constatant la non-investiture d'En Marche ! , il a décidé de se présenter en candidat libre, sans l'aval du mouvement, mais en se réclamant sur ses affiches d'Emmanuel Macron. Paul compte ainsi affirmer la présence d'un soutien à la majorité présidentielle au sein de cette élection. Il n'est pas non plus en franche opposition à Julien Dive, puisqu'il travaille à Saint-Quentin avec ses amis de la majorité municipale.

Ces trois expressions politiques sont strictement personnelles. Aucune ne prétend énoncer une ligne officielle. Il n'y a pas nécessité : les électeurs d'Emmanuel Macron à la présidentielle sont libres. Ils sauront, en citoyens intelligents, faire leur choix pour la législative, c'est-à-dire voter pour la candidature qui leur semblera la plus compatible avec le projet du nouveau président de la République. Nul ne pourra les leurrer ou les récupérer. L'électorat d'En Marche ! n'est pas mis en vente à la découpe ! Ma préférence personnelle, je l'ai moi aussi clairement exposé dans mon billet du 19 mai.

Quant à mes amis marcheurs, ils ont un beau potentiel, électoral et militant (200 adhérents) qu'il leur revient de faire fructifier dans les années qui viennent, en s'inscrivant durablement dans la vie publique et en préparant les prochains scrutins locaux. Dans trois semaines, les législatives auront passé, autre chose commencera. En politique, il faut avoir un coup d'avance, savoir jouer le tour d'après.

5 commentaires:

Erwan Blesbois a dit…

Je t'ai compris Emmanuel, j'ai compris ton culte de l'intelligence, j'ai compris ton goût du stress, J'ai compris ton mépris du respect, ton mépris des femmes qui globalement manquent d'esprit, et des classes moyennes, j'ai compris ton goût du mépris et de l'esprit, j'ai compris même qu'une certaine laideur physique peut-être un atout, d'une part parce qu'elle ne suscite pas l'envie, d'autre part car elle permet d'être plus en accord avec un monde rendu sans doute malheureusement définitivement laid par l'action des Hommes. Comme de Gaulle, je peux hurler en te contemplant : "JE VOUS AI COMPRIS !"

Emmanuel Mousset a dit…

C'est bien de m'avoir compris. Mais moi, je ne comprends rien à ce que tu écris. Mais ce n'est peut-être pas fait pour être compris ?

Philippe a dit…

C'est un peu désordre, une dame bizarre :
http://www.liberte-algerie.com/radar/de-taj-de-ghoul-a-la-republique-en-marche-de-macron-270746
Qu'est-ce que le TAJ ?
http://www.jeuneafrique.com/139745/politique/alg-rie-le-taj-d-amar-ghoul-une-machine-gagner/

Philippe a dit…

Pour compléter en plus positif mon commentaire précèdent :
http://www.liberte-algerie.com/actualite/ces-candidats-macroniens-dorigine-algerienne-270760

Anonyme a dit…

On ne peut qu'espérer aux soutiens de Macron,qu'ils ne prennent pas les routes départementales,pour définir leurs actions;Tout est clair chez Macron.Certes ceux qui ont travaillé avec l'ancien PS peuvent encore avoir de vieux réflexes.
On avance et ,parfois on doit réfléchir,se remettre "en marche"avec une manière de parler,d'agir selon un autre shéma.Ce n'est pas difficile,parfois on revient en arrière dans nos passés militants,le principal,c'est que nous mettre dans l'avancée à temps!