samedi 15 octobre 2016

On attend quoi ?




A l'arrêt de bus, devant le magasin Auchan, cette affiche de la Fondation Abbé Pierre s'adresse à qui ? Au dernier conseil municipal, la question de l'accueil des migrants a été confisquée par l'extrême droite, qui a déposé un vœu détestable, justement condamné par madame le maire. Mais qu'attend la gauche pour déposer à son tour un voeu, inverse, qui demanderait à ce que Saint-Quentin fasse des propositions pour l'accueil des migrants ? Quand on attend le déluge, il finit par arriver. La dernière Lettre des évêques de France peut être aussi d'une utile lecture : elle défend une société ouverte, pluriculturelle, dont l'identité ne craint pas la différence. On attend quoi pour s'y mettre ?

24 commentaires:

Philippe a dit…

Revenons à la realpolitik
Qui est à l’origine du chaos qui règne en Irak, Syrie, Lybie, qui s’est installé progressivement depuis les années 1990 et a déstabilisé le monde musulman ?
En grande partie le complexe militaro-industriel des USA associé aux États du Golfe Arabique et leurs complices soit les dirigeants de l’Europe Occidentale essentiellement au plan militaire la France et la Grande Bretagne.
Le chaos organisé dans ces pays se retourne contre l’Europe Occidentale (pas contre les USA!) sous forme d’un chaos/flux migratoire vers elle, flux dans lequel se glisse des groupes aux motivations revanchardes.
En France quels sont les oligarchies politiques qui assument la responsabilité : celles du PS et du RPR/UMP/LR.
Avant de demander aux citoyens des zones désindustrialisées par leur très médiocre gouvernance de la mondialisation économique et industrielle, zones au lourd chômage, au taux de RSA conduisant nos départements des hauts de France à la faillite …...
les responsables du PS et du RPR/UMP/LR devraient faire leur « Mea culpa, mea maxima culpa » public en se flagellant avant de se défausser sur le FN qui a toujours été hostile à ces guerres.
La propagande qui sévit arrive à faire croire que les paroles de ce crétin de Jean Marie Le Pen font plus de morts que les bombes occidentales qui pleuvent au Moyen Orient depuis les années 90 !
Le FN est vachement utile et inusable comme outil d’enfumage des foules.

Anonyme a dit…

Les migrants comme les touristes ne souhaitent pas rester chez nous mais partir en Angleterre pour les premiers. Comme le gouvernement n'ose pas défier le gouvernement britannique il prend une mauvaise et inefficace mesure de répartir les migrants sur tout le territoire national. Tous ces gens qui se prétendent libéraux et font tout pour ne pas respecter la volonté des migrants ne sont que des hypocrites et des lâches. Tout cela se retournera contre eux..

Anonyme a dit…

L'affiche parle de réfugiés qui fuient la guerre, vous parlez de migrants ce qui n'est pas la même chose.

Maxime Lépine a dit…

Ils feraient mieux de la boucler, ces sales donneurs de leçons et de faire. Qu'ils prennent des migrants chez eux on verra après.

Emmanuel Mousset a dit…

Maxime, le domicile privé n'est pas le mieux adapté pour recevoir les migrants. Il faut des structures publiques ou associatives.

Maxime Lépine a dit…

Mais pourquoi l'État devrait-il donner de l'argent (qu'il n'a pas) pour accueillir des gens en situation irrégulière sur le territoire européen? Il n'y a peut-être pas assez de Français à aider?

Emmanuel Mousset a dit…

L'Etat a de l'argent, les collectivités locales ont de l'argent. La question est de savoir à quoi ils consacrent cet argent. C'est l'éminente question politique du choix. Pour moi, ce choix doit aller aux migrants, dont la prise en charge provisoire est beaucoup moins onéreuse que bien des projets pharaoniques qu'on voit ici ou là.

L'irrégularité des migrants est causée par une situation de guerre et de misère, qu'ils fuient. Ce n'est pas, de leur part, une volonté de frauder par plaisir ou par pur intérêt. Ces gens préféreraient ô combien rester chez eux, si la situation le leur permettait. Tout doit être fait, d'ailleurs, diplomatiquement et militairement, pour que la situation le permette à nouveau.

Il n'y a pas à faire de distinction entre Français et étrangers à aider. Le hasard de la naissance n'est pas un privilège. Ne reproduisons pas pour notre patrie ce que les aristocrates faisaient pour leur famille.

Philippe a dit…

"L’état a de l'argent, les collectivités locales ont de l'argent."
Cet argument est contraire à l'affirmation des départements 62 et 59 (pour 02 je ne sais pas) disant que dès octobre sans aide de l’État central ils ne plus payer les RSA …
En conséquence selon votre raisonnement ils ne pourraient plus payer le RSA pour les pauvres français mais ils pourraient aider les pauvres migrants.
Bon bien sûr on peut, pour accueillir, emprunter en pétrodollars venant d’États musulmans qui accueillent à coups de pied au cul leurs frères et sœurs !
Il y a quelqu'un qui fait erreur, vous ou les départements ?

Emmanuel Mousset a dit…

Regardez autour de vous les réalisations des municipalités et des départements (car ce n'est pas des allocations, dépenses obligatoires, dont je parle) : n'y aurait-il pas des économies à faire, ou bien à affecter autrement l'argent ? Je pense que oui. Parce que pour le sport et le divertissement, aucun problème de fric !

Philippe a dit…

" le sport et le divertissement"
empêche le "populo" de penser à son sort donc de protester ... du pain et des jeux
Son application à St Q permet à la droite libérale d'être aux manettes à la place du FN ou du Parti de Gauche ...
La gauche bobo va aux enterrements ... et commémore les morts imputables à son impéritie, c'est une autre procèdure d'enfumage mais beaucoup moins efficace.

Emmanuel Mousset a dit…

Non, je ne suis pas hostile au sport et au divertissement, mais aux dépenses parfois somptuaires qu'ils suscitent, alors que l'argent pourrait aller ailleurs. Et puis, le sport et le divertissement peuvent s'obtenir à bas coût.

Philippe a dit…

Le sport et le divertissement peuvent s'obtenir à bas coût.
Hélas non, c'était le cas dans les années 50 et 60 et j’ai eu une enfance heureuse !
Puis leur coût s’est progressivement gonflé au rythme de leurs sophistications, des hausse des coûts salariaux, des coût d’entretien, des coût inhérents aux frais de sécurité, et d’assurances pour faire front aux procéduriers adeptes du risque zéro etc.
Aux mioches munis d’un téléphone G4 il faut autre chose que de l’herbe non tondue et un vieux ballon rapiécé !
On peut le regretter mais c’est !
Pas facile pour les élus de faire des économies alors que de plus en plus … d’électeurs ... sont à leur image et vivent à crédit … avec des cartes du même nom.
Dexia est morte, celle des prêts pourris aux collectivités, vive la nouvelle ...Dexia
("La Banque Postale Développement Local" devrait voir le jour en juin. Elle sera chargée de gérer les nouveaux prêts accordés aux collectivités locales, en remplacement de Dexia Crédit local (DCL), le leader historique du marché du financement du secteur public local en France.
Le stock de prêts encore détenu par Dexia Crédit local sera logé au sein de Dexma, le véhicule de refinancement de DCL. Il sera détenu à parts égales par L'Etat, la CDC et Dexia Crédit local, le solde de 5% revenant à La Banque Postale. Dexma sera également utilisé par la CDC et La Banque Postale pour refinancer les nouveaux prêts aux collectivités locales.)

Erwan Blesbois a dit…

Les cultures et les civilisations ont vocation à s'épanouir dans un milieu donné, leur pluralité fait leur richesse : c'est ce qu'on pourrait appeler la pluri-culture. La philosophie occidentale et sa recherche de la validation de la vérité scientifique, a contribué à relativiser l'importance de la mémoire que revêt chaque culture et civilisation, le prix à payer de ce relativisme c'est l'uniformisation du monde par le libéralisme économique, le "doux commerce", et la disparition progressive de la mémoire contenue dans des cultures plurielles. Cette uniformisation loin de se faire dans l'harmonie se fait dans un chaos et un conflit qui tendent à se généraliser dans tous les coins du globe. Les gens souffrent de perdre leurs cultures, leurs valeurs, de se retrouver mélangés contre leur consentement, et leur seule consolation est d'ordre matérielle pour assez peu d'entre eux, grâce à l'argent : la valeur d'échange, dont la plus grande partie de la population mondiale, privée de culture, de civilisation et de mémoire, est désormais l'esclave démuni. Le prix à payer de ce mélange forcé par l'économie - les guerres et les catastrophes écologiques, ces deux dernières étant elles-mêmes désormais des conséquences du système économique libéral -, c'est encore plus de chaos, de conflit, et de disharmonie généralisée : donc il y aura un prix à payer des migrations actuelles en Europe et en France, ne soyons pas des bisounours. La compassion elle-même est le fruit de la mémoire d'une culture, si la mémoire disparaît, disparaît aussi la compassion, et peut-être même l'instinct maternel. Je défends la pluri-culture contre l'uniformisation du monde et le multiculturalisme qui est de la poudre aux yeux bobo. : le multiculturalisme aboutit partout au communautarisme et aux ghettos, nulle part il ne se réalise dans le consentement, le mélange et l'harmonie. Le cosmopolitisme c'est encore autre chose, c'est aujourd'hui surtout le fait d'une oligarchie déterritorialisée, et dont la seule valeur est l'argent, au détriment de toutes les autres valeurs, dont les plus importantes : la compassion, la pitié. Le multiculturalisme le plus souvent, n'est pas un mariage d'amour mais un mariage forcée, les enfants d'une société multiculturelle, sont le plus souvent les bouc-émissaires d'une logique de ghetto.

Emmanuel Mousset a dit…

Philippe, ce ne sont pas des "mioches" qui vont dicter leur loi à des politiques territoriales.

Erwan Blesbois a dit…

On peut pas demander à une mère d'aimer d'autres enfants que les siens, avec la culture on élargit considérablement le débat, mais il reste qu'on ne peut pas demander à une culture de reconnaître d'autres enfants que les siens, c'est-à-dire ceux qu'elle a éduqué, on peut donc faire l'analogie entre une mère et une culture. Sinon une civilisation, si les nouveaux arrivants ne font pas l'effort d'intégrer cette culture, est menacée de fragmentation, et donc tout simplement d'effondrement, ce qui nous pend au nez. Ce que les bobos du multiculturalisme nomme enrichissement, je le nomme perte du sens et perte de soi, perte pour les autochtones, perte pour les allochtones. Seule une minorité éventuellement cosmopolite, oligarchique, déterritorialisé, en sort enrichie matériellement (car il n'est plus question de spiritualité dans nos sociétés hyper consuméristes et matérialistes, nulle part) par la logique du capitalisme. Sarkozy est un opportuniste qui a balancé "nos ancêtres les Gaulois", ce qui en a effarouché plus d'un, je souscris à sa formule, condition d'unité et de non déculturation totale.

Emmanuel Mousset a dit…

Blesbois gaulois ? Je pensais qu'il était breton ! L'identité les rend tous fous.

Erwan Blesbois a dit…

Je ne parle en réalité que de moi-même, comme nous tous lorsque nous énonçons la moindre phrase, il s'agit toujours du principe d'identité à l'oeuvre dans l'élaboration du sens : si je pousse l'analogie de la culture avec la mère, je pourrais dire que dans mon cas personnel, je suis un sacrifié de la culture et c'est toute ma tragédie, et ce qui me pousse à la défendre, afin que sa destruction par le libéralisme, assez lente au début et méthodique, se poursuivant actuellement à un rythme assez effréné, ne fasse pas finalement des millions de victimes : des enfants sacrifiés sur l'autel du libéralisme.

Emmanuel Mousset a dit…

Quand j'étais enfant, j'aimais cette formule, que nous nous lancions dans la cour de récréation, par ironie salutaire : "tu la r'verras, ta mère !" Le problème, Erwan, c'est que tu n'es plus dans la cour de récréation, sauf pour surveiller tes élèves. La politique ne doit pas te servir à régler des comptes personnels.

Erwan Blesbois a dit…

La politique sert toujours à régler des comptes personnels, il faut juste apprendre à les dissimuler, ou les refouler complètement. La conscience n'est que la partie émergée de l'iceberg, ce qui nous tient debout ou bien nous fait nous coucher, ne se révèle pas à la conscience. La politique est l'élément superficiel qui ne laisse pas deviner l’ensemble beaucoup plus important dont elle fait partie.

Anonyme a dit…

Emmanuel Mousset, un libéral incohérent comme tous les libéraux qui se retournent vers l'Etat quand cela les arrange c'est-à-dire ne pas mettre en oeuvre eux-mêmes et par eux-mêmes les solutions qu'il souhaite. Un libéral, un vrai n'attend pas tout de l'Etat. Mais en ce qui le concerne c'est normal puis que c'est d'abord un salarié de l'Etat. Tout citoyen peut accueillir chez lui un migrant et l'aider ainsi dans ses démarches et projets, cela s'appelle payer de sa personne et donner l'exemple.

Il confond migrants et réfugiés politiques; les premiers ont une mentalité petite-bourgeoise qui les fait partir de leur pays plutôt que d'y rester et de contribuer à son développement. Les habitants de pays devenus prospères comme le Japon, la Chine et la Corée du sud, entre autres, n'ont pas agit ainsi. Quant aux seconds il nous faut créer les conditions de la paix dans leurs pays pour qu'ils y retournent selon leur souhaits.

Erwan Blesbois a dit…

Tu dis "La politique ne doit pas te servir à régler des comptes personnels", mais là vraiment tu fais preuve de naïveté, voir ce que je t'ai répondu : "La politique est l'élément superficiel qui ne laisse pas deviner l’ensemble beaucoup plus important dont elle fait partie". Comme tout kantien, y compris comme toi qui s'ignore, tu nies complètement l'existence de l'inconscient, et tu restes à la pure surface consciente des choses ou encore "tu as les mains pures" : en faisant de la politique un très pur instrument du bien commun, au service de la collectivité ; "mais tu n'as pas de mains" : en niant que la politique soit toujours l'expression du prolongement d'un règlement de compte qui remonte à la petite enfance. Il faut lire à ce sujet l'excellent texte d'Alice Miller, qui explique de façon claire et géniale, comment la maltraitance de l'enfant Adolf Hitler a abouti à la tragédie que l'on connaît. Schopenhauer avait influencé Nietzsche pourtant ton modèle, Nietzsche qui n'a cessé de subodorer l'existence de l'inconscient (le "vouloir-vivre" absurde chez Schopenhauer), avant Freud qui a systématisé la découverte, et d'en faire constamment état. "Avant moi, la psychologie n'existait pas", affirmait Nietzsche dans "Ecce Homo".

Anonyme a dit…

La principale source d'immigration reste le regroupement familial.
La France reçoit entre 200 000 et 300 000 immigrés chaque année, mais cela ne doit pas être dit, pour ne pas "faire le jeu du FN".

Anonyme a dit…

On voit bien, se dessiner la politique antagoniste des français entre les sectaires de l'immigration en provenance du sud et les pragmatiques de cette immigration. Et la phrase principale est vite prononcée : "on vous souhaiterait de vivre quelques mois dans cette situation". L'un parle de la Syrie et l'autre dénonce la vie quotidienne des français proche des camps ou quartiers d'immigrés. Pendant ce temps le gouvernement claironne et inaugure. 1 million en Allemagne, pour 20.000 en France... encore un effort !!! et on connaîtra à notre tour, les festivités comme chez nos voisins !

Emmanuel Mousset a dit…

1- Le regroupement familiale est un principe d'humanité auquel il ne faut pas déroger. Ce n'est pas un gauchiste qui en a été l'initiateur, mais Giscard.

2- 200 000 immigrés, Juppé l'a fort bien dit, ce n'est pas énorme pour un pays comme la France, et c'est une source de prospérité, un signe de vitalité.