jeudi 8 août 2013

Les poignards au vestiaire



Les élections municipales à venir, nous le savons, ne seront pas faciles pour les socialistes, et à Saint-Quentin encore moins qu'ailleurs. C'est pourquoi la solidarité au sein du PS doit être sans faille, à quelque niveau que ce soit. Depuis juin, les sections locales se sont rapprochées et ont adopté une nouvelle ligne politique, plus lisible, beaucoup plus en cohérence avec la politique nationale. Les responsables du parti sont un peu plus présents dans l'actualité locale. Ainsi, des années de déchirements internes ont pris fin et une prise de conscience s'est faite. Mais l'unité, surtout quand elle est récente, est toujours fragile. C'est ce que je constate et déplore, en lisant dans le Courrier picard d'hier et encore de ce matin la réaction du MJS de l'Aisne (Mouvement des jeunes socialistes), par la bouche de sa responsable, par ailleurs Saint-Quentinoise, Mathilde Goffart-Rigaud.

Je pèse mes mots : c'est inacceptable. Mathilde envoie un communiqué de presse rédigé avec un stylo qui ressemble à un poignard. Elle s'en prend à un sujet électoralement très sensible : la suppression des bourses départementales. Je ne reviens pas sur le fond de l'affaire, puisque je l'ai déjà traité sur ce blog. Mais attaquer une mesure du Conseil général de l'Aisne en des termes que ne désavoueraient pas les jeunes UMP, c'est insupportable. Mathilde va même plus loin que ne le ferait un jeune pop, puisqu'elle dénonce les dépenses consacrées à l'Observatoire du Chemin des Dames. Après le coup de poignard dans le ventre, c'est le coup de poignard dans le dos !

Il faut savoir que cet Observatoire est une magnifique réalisation, dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, une oeuvre originale, unique, à visée non seulement mémorielle, mais aussi pédagogique et touristique, dont l'impact est national, qui a eu l'honneur d'être visité et inauguré par un ministre. Souligner le coût de cette opération, qui émarge à des lignes budgétaires spécifiques, pour laisser croire que l'argent aurait mieux servi aux étudiants, c'est du mensonge, de la démagogie, une honte. Je le dis avec colère et tristesse à Mathilde : même l'UMP n'aurait pas frappé aussi bas ...

Mathilde Goffart-Rigaud sera probablement en bonne place sur la liste municipale. Je lui conseille de venir faire un petit tour dans les séances du Conseil, comme je le fais depuis des années : elle verra comment Xavier Bertrand s'attaque, dès qu'il le peut, au Conseil régional de Picardie et au Conseil général de l'Aisne. Elle comprendra alors qu'elle vient de lui faire un joli cadeau, dont il se souviendra, car cet homme-là, comme moi, n'oublie rien. Je le répète : la droite utilisera nos moindres contradictions pour enfoncer son couteau et le retourner dans la plaie. Combien de voix allons-nous perdre à cause de cela, alors que nous n'avons le droit d'en laisser échapper aucune, tant le combat sera difficile ? Car il faut le savoir, là aussi : une quatrième défaite consécutive des socialistes aux élections municipales, et c'est le couvercle du cercueil qui se refermera pour longtemps, en attendant une très lointaine résurrection ... Ou alors, la gauche locale n'a pas l'intention de gagner et elle se contente du statut d'éternels opposants, qui ne me convient pas du tout.

Attention : le MJS comme le PS sont entièrement libres de débattre et de critiquer au sein de leurs instances respectives, mais l'expression publique d'un désaccord en des termes polémiques est très malvenue (la discussion idéologique autour de lignes politiques différentes, c'est autre chose, nécessaire à la démocratie interne). Aux yeux de l'opinion, nous perdons toute cohérence, toute crédibilité, et les adversaires s'en donnent à coeur-joie.

Quand on veut jouer du couteau, il faut se méfier. Moi aussi, j'ai toute une panoplie de poignards sous ma veste, que je réserve habituellement à la droite, mais dont je peux faire usage à l'égard de quiconque s'en prend au parti socialiste. Jusqu'à présent, depuis qu'il s'est donné une nouvelle animatrice fédérale, qu'est-ce que le MJS a fait ? Rien, rien de chez rien. A-t-il au moins publié un seul communiqué pour soutenir l'action du gouvernement ? Non plus. C'est un peu fort de café, qui sent le poison : la gauche met en place une réforme du système des bourses d'étudiants, quelque chose de novateur, de socialement juste et de très avantageux pour les jeunes ; qu'en dit le MJS de l'Aisne ? Pas un mot pour soutenir, pour s'en féliciter. Mais quand il s'agit d'enfoncer Daudigny, plus de problème ... Scandaleux, tout simplement.

Je vais vous dire le fond de ma pensée : je peux me tromper, je ne suis pas devin, mais je crois que Mathilde n'y est pour pas grand chose, qu'une main lui a tendu le poignard. Parce que franchement, les arguments fallacieux qu'elle avance, il fallait aller les chercher quelque part, très bas ... Quelqu'un serait-il contrarié par l'unité retrouvée des socialistes saint-quentinois et aurait-il intérêt à rebordéliser la situation ? Toujours est-il qu'on ne gagnera jamais comme ça. La gauche locale a besoin d'un chef qui fasse respecter la discipline et remettre les poignards au vestiaire.

44 commentaires:

Simon Dubois-Yassa a dit…

Petit soldat Solférinien toujours au garde à vous.

En précarisant les plus précaires, en votant une régression sociale, en faisant la politique de la droite complexé, le Conseil Général a tendu le bâton pour se faire battre.

Il peut encore se rattraper.

Emmanuel Mousset a dit…

J'essaie de faire de mon mieux pour défendre mon parti quand on l'agresse.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Et quand le Conseil Général agresse les étudiants en les plongeant dans la violence de la précarité vous essayer de faire quoi ? Quand c'est le Conseil Général qui sort les couteaux de bouchers pour dépecer les étudiants vous essayez de faire quoi ? Rien du tout ? Vous vous en fichez ? On dirai que ça fait bien longtemps la violence sociale ne vous atteint plus. Dommage.
C'est en appuyant sur les contradictions qu'on peut arriver à les résoudre... Un prof de philo devrait pourtant comprendre ça.
Mais ici, quel est votre rôle ? L'avocat du diable, ou le petit chien ?
2,2millions d'euros en plus pour le CG en 2014, qu'est ce que le CG attend pour dire que cet argent servira à rétablir les bourses départementales ? Qu'est ce qu'il attend pour "toiletter" (comme ils disent !) le dispositif de bourse au lieu de les supprimer ?
(En passant, la dernière fois, j'ai dis que je gagnerai 9€ en plus par mois avec l'augmentation "historique" des bourses CROUS (votre argument pour légitimer la suppression de la bourse départementale...), en fait, ce sera un peu plus de 4€/mois puisque le gouvernement a revu à la baisse ses annonces, moins les 2€/mois avec l'augmentation des loyers CROUS, et les 2% d'augmentation des repas U, ça paye vraiment pas large)

Emmanuel Mousset a dit…

Je serai plutôt "petit chien", de ceux qui mordent quand on les attaque. Quant à vos calculs, on fait dire ce qu'on veut aux chiffres. Et puis, vous en restez à votre cas personnel. Moi, je défends l'intérêt général de cette réforme.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Je vous donne le cas d'un étudiant axonais X boursier échelon 5. Si vous voulez aussi le model de l'étudiant échelon 1, sachez qu'il va gagner 1,8€/mois avec la bourse CROUS, moins 2€ avec l'augmentation des loyers CROUS, moins les 100€ du département.
Je donne mon exemple car c'est celui que je connais le mieux, et derrière les chiffres que vous feignez de ne pas comprendre, il y a une situation concrète (que d'ailleurs vous ne comprenez pas non plus).
Je remarque quand même un beau paradoxe dans votre argumentation entre "je défends l'intérêt général" et "J'essaie de faire de mon mieux pour défendre mon parti" alors même que visiblement, vous ne connaissez pas du tout le dossier.
Monsieur Mousset, vous ne mordez pas, vous aboyez, comme le chien aveugle qui cherche son maitre.

Emmanuel Mousset a dit…

Aboyer, ce n'est déjà pas si mal. Mon parti défend l'intérêt général : il n'y a donc pas de contradiction. Vous prétendez que les étudiants ne vont rien gagner à cette réforme, qu'ils vont même y perdre. Admettons. Mais pourquoi alors cette réforme ? De nous deux, je ne sais pas qui est le plus aveugle ... La vérité, c'est que vous êtes anti-socialiste. C'est votre droit, je ne vous le reproche pas. Mais reconnaissez-le.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Non, cette réforme nationale nécessaire est une bonne nouvelle pour une partie des étudiants qui vont se retrouver boursier alors qu'ils ne l'étaient pas. C'est une bonne nouvelle pour une partie des boursier échelon 0 qui vont devenir échelon 0bis. C'est une bonne nouvelle aussi pour une partie des boursiers échelon 6 qui vont devenir échelon 7. C'est une bonne nouvelle même si nous ne sommes pas encore à l'allocation d'autonomie.
Mais pour la majorité des boursiers c'est en effet une perte d'argent qui se profile (surtout dans l'Aisne....).
Vous savez ça ne me fait pas particulièrement plaisir de perdre 100€ sur un budget de 540 pour vivre le mois. Alors je ne sais pas qui est le plus aveugle, mais en tout cas c'est certain, nous n'allons pas rester le cul poser sur notre chaise quand on nous enlève le pain de la bouche. Et la vérité, c'est que ça, vous n'en avez rien a foutre. Vous défendez le parti.
Reconnaissons maintenant simplement que puisque le Conseil Général va gagner 2,2millions d'euros en plus dès 2014, et que l'ancienne enveloppe de la bourse départementale en coutaient 3, il pourrai soutenir les étudiants les plus précaires (ou ceux oublié par le gouvernement).
Je défend l'intérêt des étudiants, c'est la raison pour laquelle l'UNEF, SUD, le SGL, et maintenant le MJS vont tous apporter leur pierre a notre lutte commune contre la suppression des bourses départementales dans l'Aisne.
Je ne suis pas anti-socialiste, je suis Socialiste, et je le suis comme jamais vous ne le serai.

Emmanuel Mousset a dit…

Vous êtes socialiste ? Ah bon. Alors moi, je suis curé.

Simon Dubois-Yassa a dit…

ça bien longtemps que le PS a perdu le monopole du Socialisme vous savez.

Emmanuel Mousset a dit…

Si je sondais le fond de votre pensée, je suis sûr que vous diriez que les socialistes n'ont jamais vraiment été socialistes. Ce point de vue porte un nom : ça s'appelle l'extrême gauche.

Simon Dubois-Yassa a dit…

C'est bien, vous avez réussi a changer de sujet. Ce qui est compréhensible puisque vous ne connaissez pas le dossier des bourses départementales et qu'au fond, vous vous en fichez bien.

Emmanuel Mousset a dit…

Et maintenant, les attaques personnelles : au moins, c'est clair. Et c'est votre fond commun avec l'extrême droite.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Où est l'attaque personnelle ????
Vous dites que je suis "extrême" alors que je me bat justement contre la société extrême que VOUS défendez avec des extrêmement pauvres et des extrêmement riches.
Vous n'avez aucun argument. Ce n'est pas une attaque personnelle, ce n'est même pas une attaque politique, c'est un fait : Vous ne connaissez rien au dossier. Vous changez sans cesse de sujet, vous n'acceptez pas les chiffres concrets que je vous donne. Bref, vous êtes complètement a coté de la plaque.
Et croyez le, ça me ferai plaisir de voir que vous défendez les étudiants comme ça m'a fait plaisir de voir le MJS se mobiliser a nos cotés.
Ensuite, vous menacez clairement la camarade du MJS avec votre vocabulaire guerrier. Vous m'insultiez de naïf et fou quand je reprenais la stratégie politique de Claude Bartelone, désormais, je suis d'extrême droite, n'avez vous rien de plus original dans votre tiroir ? Nazis ? Fasciste ? Non ?
Allez, je vous laisse aboyer entre vos deux croquettes, vous n'en valez tellement pas la peine.

Emmanuel Mousset a dit…

Votre réaction, votre style, votre vocabulaire démontrent ce que je dénonce. Je n'ai pas besoin d'en dire plus.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Si vous ne dites rien de plus, c'est que vous en êtes bien incapable : Vous ne maitrisez pas le dossier.
Ne cherchez pas d'autres excuses sur la forme : Depuis le début de notre échange vous évitez de toute façon le fond du débat.
Vous ne savez qu'insulter, vous essayez vainement de ridiculiser, vous menacez, vous êtes au poste : Vous gardez la gamelle (méthode stal). Tant pis si celle du voisin se fait plus petite (méthode jaune).
Mon vocabulaire est celui de la précarité et de la violence sociale, j'ai bien compris que vous étiez de l'autre coté de la barricade. Désolé si cela brusque vos habitudes mondaines et la bienséance d'usage dans vos milieux.
Pas besoin d'en dire plus c'est vrai : Vous êtes maintenant ridicule depuis assez longtemps, tout le monde l'a bien compris, et tout le monde est hilare en lisant vos billets...

Emmanuel Mousset a dit…

Vous êtes Monsieur "Tout le monde" peut-être ? Et Yves Daudigny, vous en pensez quoi ? Vous le respectez autant que moi et que vos adversaires de gauche ? Pas étonnant que les jeunes UMP vous soutiennent ...

Simon Dubois-Yassa a dit…

Yves Daudigny j'en pense qu'il ferait mieux de faire de la Jeunesse et du Dialogue Social ses deux grandes priorités. Comme François Hollande. ;) Sinon la bourse départementale il va en entendre parler pendant encore longtemps dans les médias et ce serait vraiment dommage que ça devienne le sujet politique numéro 1 dans l'Aisne dans les prochaines années. Et moi, quand je fais des promesses je les tiens.
Ce n'est pas vraiment son intérêt de faire une politique de droite complexé. J'ai donc espoir.
Je n'ai pas entendu par contre que les jeunes UMP me soutiennent. Où avez vous vu ça ? Vous l'inventez parce que vous n'avez pas d'autres arguments ?
Ils ne m'ont pas contacté, ce qui est logique d'ailleurs puisque la pétition souligne une nécessité de rupture avec l'austérité. Et sur cette ligne politique, ils sont plutôt d'accord avec vous.
Par contre je travail en ce moment même en étroite collaboration avec les syndicats étudiants représentatifs, un petit groupe d'étudiants précaires locaux "indépendants", et même depuis peu, avec le MJS.
Vous n'êtes pas un adversaire de gauche, vous êtes un adversaire de la gauche.

Anonyme a dit…

Cher Emmanuel,

Tu ne publieras sans doute pas ce message... mais je me dois de te rappeler deux éléments.

1) Au sujet de "Mathilde Goffart Rigaud" : Culturellement, familialement elle n'est pas de gauche. Alors pourquoi être surpris ? Pour être de gauche, il faut plus qu'une carte au PS, il faut agir en homme de gauche au quotidien... et tu es bien placé pour faire ce distingo n est ce pas ?


2)Echanger avec SDY, c'est perdre ton temps. La vision politique forgée au coin du zinc, ca n'a jamais mené bien loin...

Amitiés de Gauche (mais plus socialiste)

Emmanuel Mousset a dit…

A Dubois-Yassa :

1- Les jeunes UMP sont intervenus dans la presse pour dire tout le bien de votre réaction et tout le mal du Conseil général.

2- Vous critiquez Daudigny et la réforme du gouvernement, et c'est moi qui suis l'adversaire de la gauche ! Rigolo ...

Emmanuel Mousset a dit…

Au dernier intervenant :

Je n'aime pas personnaliser les débats politiques, mais vous posez un problème de fond, que j'aborde depuis des années : le recrutement des militants socialistes, qui se fait trop souvent par relations amicales ou familiales. C'est pour moi une preuve de faiblesse. Résultat : des adhérents pas très puissants politiquement. Mais beaucoup de sections sont dans ce cas.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Je ne sais pas si la vision politique forgée au coin du zinc a vraiment moins de valeur que celle forgée au coin du feux. Un beau mépris de classe au passage.

J'ai la ligne de tous les camarades de l'Unef concernant la réforme du gouvernement : C'est une bonne nouvelle, mais les niveaux intermédiaires (la majorité des boursiers) sont oubliés, ils ne vont rien gagner du tout sinon perdre un peu d'argent. C'est comme ça, c'est pas de ma faute. On ne va pas fanfaronner (Surtout que dans le même temps, le MESR annonce -5 % pour le budget fonctionnement des établissements).
Ensuite je ne critique pas Daudigny, ça m'a l'air d'être un brave homme, je critique la politique d'austérité qu'il mène.
Quand les gens se déplacerons aux élections locales pour voter pour le FN, vous verrez que c'est bien vous l'ennemi de la gauche. C'est enfaite assez dramatique que vous ne l'ayez pas déjà compris...

Emmanuel Mousset a dit…

Je me doute bien que vous n'allez pas critiquer la couleur de la cravate de Daudigny, mais sa politique. Il y a donc confirmation. Mais vous en rajoutez : si les gens votent FN, c'est la faute au PS ! Assez gonflé ...

Anonyme a dit…

Effectivement, nous ne sommes jamais gagnant à nous livrer à des attaques ad hominem mais la question des personnes doit pourtant être posée.

C'est d'ailleurs regrettable car les statuts réclament normalement un engagement citoyen pour justifier l'adhésion. Il ne devrait donc pas y avoir au Parti Socialiste, de gens que l'attitude, les actes ou les opinions placent sur la droite du spectre politique.

Dans les faits, le recrutement est ouvertement dévoyé... La femme de... La belle fille de... le fils de...

Si j'osais... je parlerais presque d'une forme d'entrisme...

Sur le cas d'espèce, je ne suis donc pas un instant surpris de la teneur du billet paru dans la presse.

En effet, il faut tout de même s'interroger sur le "logiciel politique" de l'intervenante... et pour peu qu'on soit rationnel, qu'on gratte un peu... non, vraiment il ne faut pas s'étonner d'une telle charge.

C'est dans la pure logique de l'action d'une nébuleuse tantôt stupide, tantôt nocive, souvent les deux.

Si le PS avait encore une forme quelconque de structure fédérale efficiente dans l'Aisne, il devrait y avoir sanction.

Je rajouterai par ailleurs que SDY est très très limite au plan pénal. Exprimer son désaccord, être politisé, c'est parfaitement louable... mais la jeunesse n'excuse pas les propos tendancieux, frisant la diffamation et l'injure publique.

Emmanuel, Je renouvelle mon amitié à l'homme de gauche et de terrain que tu es.

Anonyme a dit…

SBY, quand je parle de coin du zinc, il ne s'agit pas de mépris de classe.

Il s'agit de souligner le caractère poujadiste de vos propos. Vous êtes outrancier, anti sytème, injurieux et diffamant.

Emmanuel a raison, votre dialectique est tendancieuse. Vous êtes visiblement sympathisant d'extrême gauche mais la pratique de l'attaque ad hominem, de l'injure, de la désinformation, c'est bel et bien la culture de l'extrême droite.

Au delà du questionnement initial, réfléchissez bien à votre façon de faire et à vos soutiens dans le combat que vous vous appretez à mener.

Un point me choque particulièrement : vous utilisez le terme "gagner". Parce qu'une bourse "ca se gagne" ? Non, désolé, ca se perçoit. Un salaire se gagne, une bourse n'est pas un dû. C'est un dispositif d'aide social. Il serait bon de comprendre ce que cela implique en matière de finances publiques dans un département lourdement touché par la Crise.

Sur le plan des sus nommées finances publiques, l'étude d'un ouvrage fondamental s'impose de toute urgence. Vous proposez que le Conseil Général vote un budget en déficit. Allez donc voir dans l'ouvrage que vous aurez choisi au chapitre "principe des finances locales"... vous mesurez l'absurdité de cette proposition.

Au fait vous croyez vraiment que Le MJS va partir en guerre avec vous contre le Conseil Général ?

Permettez moi d'en douter. Ils n'ont qu'une autonomie politique relative...

Sur ce... je sors le pop corn, je sens qu'on va rire...








trois résolutions s'imposent à vous :

-Acheter un Bled et un Bescherelle. Ca crédibilisera votre propos.

-

Simon Dubois-Yassa a dit…

Oui je vous confirme que tous les étudiants axonais qui vivent sous le seuil de pauvreté et qui ont appris qu'ils auront dans leurs budgets 100€ de moins/mois critiquent le choix politique de Daudigny.
Alors j'ai bien compris que selon vous nous étions tous des nazis, en attendant, c'est nous qui vivons au régime du pain sec. Vous n'êtes pas gonflé, ça c'est certain.
Vous savez, les moutons ne votent pas pour le boucher en allant à l'abattoir. Aujourd'hui les étudiants se font dépecer, croyez moi, j'en connais pas beaucoup qui continuerons de voter pour ceux qui les mettent dans la galère (On appel ça l'intérêt de classe enfaite). Malheureusement dans tout ceux là, une partie va certainement finir au FN. Dommage, mais ce n'est pas moi qui ait voté la suppression de la bourse, moi je veux son rétablissement. Ceux qui sèment la misère sociale récoltent la colère sociale. Nous essayons simplement de la canaliser, et de la rendre efficace.
Et pendant ce temps, vous, vous continuez d'aboyer sur le même rythme, vous gardez la gamelle, et vous faites semblant (franchement j'espère pour vous!!!!) de ne toujours rien comprendre.

Simon Dubois-Yassa a dit…


Cher très courageux Anonyme,

En plus d'être faible, vous êtes bête.

Si je suis très limite au plan pénal, portez plainte au lieu de parler dans le vent avec vos menaces en carton. Remettez 5 centimes dans la boite à médias, attaquez les étudiants en lutte. Portez vous plainte anonymement ? :D

"une bourse n'est pas un dû", c'est un acquis social que nous défendons parce que nous mangeons avec. A notre place vous lâcheriez ce coléoptères, et vous en feriez autant.
En bouchant notre avenir, le conseil général bouche le sien : L'austérité ne mène nul part. Le département enregistre déjà les records de non diplômés, est ce que le but c'est de faire pire ?
Mr Potelet lui même a dit qu'il y avait d'autres solutions "meilleures", Mr Daudigny lui même a dit qu'ils auraient pu ne pas la supprimer mais simplement "toilettez le dispositif". Allez y donc : Toilettez !
Concernant la "proposition" de voter un "budget de révolte" (en déficit), je ne prend que l'exemple de Claude Bartelone, grande figure nationale du PS et président du Conseil Général de Seine Saint-Denis qui a obtenu des résultats avec cette méthode en entrant en rapport de force avec l'Etat (en 2010, à l'époque sous Sarkozy).
Mais maintenant le conseil général peut aussi compter sur les 2,2 milliards d'euros en plus dès 2014 pour renflouer une enveloppe 'bourse étudiante' !!
Je donne deux propositions, mais si vous avez d'autres alternatives/idées, allez y. Mais ne croyez pas qu'on va regarder nos DROITS sociaux partir en fumée car les étudiants ne sont pas des vaches à lait.
Le MJS est déjà en guerre pour le rétablissement de la bourse départementale. Rappelez vous : il a même sorti les poignards. Vous savez écrire, mais savez vous lire ?
(Pour le Bescherelle, j'aimerai quand même vous informer que le Conseil Général a aussi supprimé le budget de la lutte contre l'illettrisme. En attendant son rétablissement, vous pouvez lire Sartre et Queneau, ils valent mieux qu'un bon dictionnaire, vous en conviendrez. Par contre si vous écrivez sans fautes (Bravo !) mais ne savez même pas quand vous faites du mépris de classe, c'est quand même bien dommage car ça veux dire que vous n'êtes pas jojo de l'encéphale. Le zinc est en effet une matière associé à la classe ouvrière, "avoir une pensée politique forgé au coin du zinc" tout le monde comprend ce que ça veux dire (sauf vous), il ne faut pourtant pas être sorti de Saint-Cyr pour comprendre la métaphore. Queneau disait que L'orthographe est plus qu'une mauvaise habitude, que c'est une vanité. Mais ça ne peut être qu'une vanité de classe puisque l'orthographe est la science du bourgeois.)

Emmanuel Mousset a dit…

Je publie ces diatribes qui sont politiquement édifiantes : elles nous seront utiles pour les prochaines élections (notamment municipales) et dans les futurs combats, pour savoir exactement quels sont les amis et les adversaires du parti socialiste. Là, en tout cas, c'est clair. Après, chacun choisira son camp, en vertu de ses convictions.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Ne montrez pas vos commentaires alors, vous risqueriez de faire encore moins de 20voix à la prochaine élections interne locale.

Emmanuel Mousset a dit…

Ce qui me préoccupe, c'est de défendre ma vérité et de lutter contre vos mensonges, pas le résultat d'une élection interne, qui ne regarde d'ailleurs pas l'anti-socialiste que vous êtes.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Quand j'ai dis que vous étiez un petit chien, j'ai argumenté et vous avez vous même accepté le qualificatif.
Si vous m'insultez de menteur, il va falloir détailler votre propos.
Quels mensonges ? Allez y. Détaillez, contre argumentez : Luttez !
Tout ce qui est rendu public (par définition) me regarde et regarde tous les citoyens qui se sentent concernés.
Mais franchement, vous donner des brevets de Socialisme, il fallait s'y attendre monsieur le professeur !

Emmanuel Mousset a dit…

Il n'y a pas besoin de détailler, d'argumenter ou de lutter, il suffit de vous lire : dire qu'Yves Daudigny pratique une politique d'austérité et de régression sociale, c'est du pur mensonge.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Si pour vous la suppression de la bourse étudiante est une avancée sociale, je comprend qu'on ne se comprenne pas... Vous êtes désespérant.
Daudigny lui même dans la presse a dit qu'il s'agit "d'un choix de gestion et non d'un choix politique". Or faire le choix de la gestion est un choix politique : C'est la définition de l'austérité.

Emmanuel Mousset a dit…

Privilégier le RSA aux bourses d'étudiants, c'est un choix politique que j'assume totalement en tant que socialiste. Car les exclus n'ont pas d'autres moyens pour vivre que le RSA, alors que les étudiants ont d'autres sources de financement que l'allocation départementale. Tout ça n'a rien à voir avec une politique d'austérité.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Il n'y a pas a privé les uns pour les autres. Il n'y a que vous qui opposez les précaires. Si il faut faire les deux, il faut faire les deux. Si il n'y a pas d'argent, il faut en réclamer à l'Etat, comme la Seine Saint-Denis l'a fait en 2010 en votant un budget de révolte. (Mais vous aviez dit que cette idée de Claude Bartelone était folle et naïve)
La suppression du budget de lutte contre l'illettrisme ce n'est pas non plus de l'austérité ?
100€ en moins sur un budget de souvent moins de 500€/mois, et en tout cas pratiquement toujours sous le seuil de pauvreté, ce n'est pas de l'austérité ? Vous appelez ça comment ? Le progrès social ? Le Socialisme ?
Par contre, quand il s'agit de doter d'un peu plus les retraites des élus du CG, là il n'y a pas d'austérité c'est sur, vous avez raison...

Anonyme a dit…

SDY :

Je reste anonyme parce que ça me convient très bien. Et je me contrefiche de ce que vous pouvez en penser.

Pour information, j'insiste une nouvelle fois, quand vous écrivez partout que le Conseil Général incite les étudiants à la prostitution, c'est diffamant et pénalement répréhensible.

Insultez moi tant que vous voulez...

J'ajoute également que ca décrédibilise votre propos : La Prostitution étudiante est une réalité, mais c'est extrêmement marginal. N'en faîtes pas la norme des étudiants boursiers.

Vous prétendez égalementque les étudiants boursier vivent sous le seuil de pauvreté car vous ne comptez que les bourses comme unique revenu... mais les transferts familiaux ? Le futur bachelier qu'on nourrissait, blanchissait, logeait... disparait d'un coup d'un seul ?

Certes des étudiants, en autonomie complète, peuvent connaître des situations de grande précarité.

S'ils constituent une réalité, ils ne constituent pas, une nouvelle fois, la majorité des étudiants boursiers.

L'enseignement supérieur j'y ai traîné mes guêtres avant vous. Je vous trouve très peu prolixe sur les "arnaques à la bourse" qui se font au détriment des boursiers les plus méritants... et qui plombe LOURDEMENT l'économie du système.

Sur la pensée forgée au coin du zinc, j'insiste et je signe, et je confirme à nouveau l'analyse d'Emmanuel : vous flirtez allègrement avec le Front National...

Je pense d'ailleurs que le "ils vont voter FN" doit s'entendre, vous concernant par "Je vais voter FN si one ne me rend pas ma bourse".

Sinon, pour un étudiant sous le seuil de pauvreté, c'est comment Erasmus ?

Emmanuel Mousset a dit…

Simon,

Vous avez votre bon socialiste, en l'occurrence Bartolone, comme les antisémites ont leur bon juif. Mais c'est un alibi pour dissimuler votre hostilité radicale au PS. Votre nouvelle attaque sur les retraites du CG (je ne comprends d'ailleurs pas l'allusion, mais je pressens une petite crasse derrière tout ça) le prouve.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Si c'est pénalement répréhensible, portez plainte. Mais j'ai peur que vous ayez quelques lacunes en droit...
La prostitution ne tombe pas du ciel, c'est un résultat politique, et toute décision politique peut l'accentuer ou participer a l'abolition du problème (Mme Belckacem l'explique très bien). En l'occurrence, si vous précariser une population déjà précaire, vous ne faites rien pour abolir la prostitution, au contraire. Les sociologues ne m'ont pas attendu pour l'expliquer...
Je n'ai par ailleurs jamais dit que c'était la norme, j'ai dis que c'était un phénomène social qu'il faut combattre plutôt qu'encourager. J'avais d'ailleurs dit il y a quelques semaines que si cette suppression pousse une seule personne à la prostitution, il fallait lutter pour son rétablissement.
Enfin ne mélangeons pas le rapport de cause à effet. Si des gens votent Front National parce qu'ils n'ont plus leurs bourses départementale, ce ne sera pas la faute de Simon Dubois-Yassa mais de la majorité qui précarise les étudiants. J'ajoute que rendre l'accès à l'enseignement supérieur, est un moyen efficace de lutter contre le Front National. Or je vous rappel que l'Aisne a très peu de diplômés sur son territoire et c'était l'argument de la majorité pendant 20ans pour justifier cette bourse départementale.
Enfin, vous parlez des tricheurs de bourses étudiantes, franchement vous êtes rigolo. Vous devriez plutot parler des ultra riches qui ne payent pas leurs impots ce qui empêche par exemple de mettre en place une allocation d'autonomie pour les jeunes. Ce n'est pas les 50€ de triches d'un étudiant précaire qui plombe le système (je ne vois d'ailleurs pas vraiment comment on pourrait frauder au CROUS puisque c'est calculé sur le revenu des parents...)
Vous m'avez l'air de vouloir jouer le plus malin sous couvert d'anonymat, alors pour votre gouverne, Erasmus est une expérience formidable que je conseil a tous pour l'ouverture d'esprit qu'il permet, et les avantages qu'il présente pour une formation dans les études supérieur. Une expérience dont toutes les classes sociales n'ont pas accès selon les pays et les territoires. L'année dernière j'avais eu la chance de pouvoir participer a ce programme enrichissant grâce à la bourse départementale de l'Aisne de 2400€ sur l'année (plus les 160€/mois de la bourse Erasmus, plus ma bourse CROUS). Je ne peux pas supporter l'idée que des étudiants soient privés aujourd'hui de cette expérience dont j'ai pu profiter hier.
Monsieur Mousset, faire du chantage à l'antisémitisme alors qu'on parle de la suppression des bourses étudiantes dans l'Aisne, franchement il faut le faire. Vous êtes décidément obsédé a changer de sujet, mais au moins, vous avez gagné un point Godwin.

Emmanuel Mousset a dit…

Une analogie n'est pas un chantage.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Votre analogie n'est pas pertinente, d'abord elle est hors sujet, ensuite elle est insultante, enfin elle démontre votre peu de respect pour l'Histoire et les populations opprimées. Votre argumentation est un scandale.

On ne parle pas de la haine des juifs a toutes les sauces pour dire tout et n'importe quoi. On n'utilise pas la haine des juifs pour avoir raison sur un sujet qui n'a aucun rapport. C'est déplacé et dangereux.

En banalisant la haine des juifs, vous entretenez l'idée que l'antisémitisme finalement, ce n'est pas grand chose, ce n'est QUE comme ce bougre malpoli de Simon Dubois-Yassa qui défend les étudiants, ce bolechevik qui a son bon Bartelone comme certains ont leur bon juifs.

Bref, vous brouillez les définitions et servez la soupe au Front National.

Emmanuel Mousset a dit…

Décidément, cette analogie semble vous déranger, pour vous faire ainsi déraper. Mais le cheminement de votre pensée est intéressant et révélateur.

Simon Dubois-Yassa a dit…

Je suis contre la suppression de la bourse étudiante dans l'Aisne, donc je suis un Nazi. Votre cheminement de pensée est intéressant, il révèle le salopard qui est en vous.
Rappelez vous une chose, je suis plus sémite que jamais vous ne le serai, et plus Socialiste que jamais vous ne l'avait été.

Emmanuel Mousset a dit…

Vous devriez mettre un chapeau avant de sortir en plein soleil.

Anonyme a dit…

SDY : pas de triche aux bourses ?

Vous êtes à la faculté, en Sociologie non ?

Dans votre faculté, Combien d'étudiants sont-ils uniquement présent pour émarger le jour des examens ? "On signe et on s'en va "? Ne me dites pas que vous n'avez jamais vu ça, ou que c'est marginal...

En première ou en deuxième année, une bonne moitié des étudiants boursiers se comportent ainsi...

Vous pouvez admettre que c'est révélateur de la condition de la jeunesse, je vous suivrai peut être sur cet argument. Mais reconnaissez que le système est massivement dévoyé. Réclamer l'abaissement de la limite d'âge du RSA si ça vous convient mais ne transformez pas un système de BOURSES POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR en MINIMA SOCIAL.

Admettez au moins cette réalité qui n'est contesté par aucun des acteurs de l'enseignement supérieur y compris par les syndicats étudiants...

Votre dialectique me rappelle très fort le discours d'Alain Soral (surtout la haine vicérale du juif qui suinte dans vos écrits, et le parcours tout tracé de l'extrême gauche à l'extrême droite)

Je mise une piécette que dans moins de dix ans, la chemise brune vous ira à merveille... (si vous n'avez pas déjà franchi la ligne jaune... ce dont je doute fortement... quand on appelle une jeunesse en crise à voter front national, c'est assez révélateur)

J'insiste sur ERASMUS, vous concernant je trouve ca un brin gonflé de nous la jouer étudiant crève la fin.... quand on a passé un an à siroter des Corona aux frais de la princesse (ERASMUS j'ai donné avant vous, ne me la faites pas à l'envers sur "l expérience enrichissante"...)

Vous réclamez une bourse dans l'Aisne, développez des arguments sur l'ancrage locale... et faites vos études hors Picardie...

Franchement, ca devient grotesque tant votre situation personnelle est à des kms de ce que vous dénoncez....

Sur le plan Pénal, je n'ai aucune lacune, je vous remercie. Quand vous traitez Emmanuel de Salopard sur ce blog, c'est une injure publique. N'y plus, ni moins.

Après, je me doute - même si je le regrette- qu'Emmanuel ne souhaitera pas déposer plainte même si une leçon de courtoisie ne fera pas de mal...



Simon Dubois-Yassa a dit…

Mais vraisemblablement, vous aussi êtes un sacré salopard. C'est comme ça que j'appel ceux qui sous entendent que j'ai une haine contre les juifs. Allez y, portez plainte, vous serez rigolo à la gendarmerie avec votre petit discours régionaliste.
Sinon, les études supérieures sont la porte à la lutte contre l'idéologie du Front National. Je vous rappel que le nombre d'étudiants dans l'Aisne est proportionnellement très bas par rapport a la moyenne nationale. L'Aisne (et la Picardie) n'ont que peu d'infrastructures et d'offres pour les études supérieures. C'est logique : Nous somme un département/région rural(e).