samedi 28 mai 2016

Génération Macron




C'était ce matin le lancement de la Grande Marche d'Emmanuel Macron, dans toute la France, y compris à Saint-Quentin. Une partie de l'équipe s'est retrouvée au Golden Pub, autour du coordinateur local, Mike Plaza (vignette 1, de gauche à droite, Jean-Marc, Samy, Mike, Clément et Jacques). Je me reconnais totalement dans cette initiative : dans les années 80, je soutenais Michel Rocard, dans les années 90, Jacques Delors, dans les années 2000, Lionel Jospin, dans les années 2010 Dominique Strauss-Kahn : aujourd'hui et demain, c'est Emmanuel Macron, en toute logique social-démocrate !

A 10h00, nous avons suivi en direct l'intervention du ministre, qui donnait le top de départ du porte-à-porte (vignette 2). Comme le militantisme a changé ! Désormais, nous partons avec nos mobiles, une feuille de route indique les rues sélectionnées, une application guide les questions, les réponses remontent directement au siège du mouvement (vignette 3). Rapidité, souplesse, efficacité. L'objectif n'est pas de vendre un programme ou de promouvoir un candidat, mais de recueillir le ressenti et les avis des Français. En politique, c'est complètement nouveau, et rafraichissant. Sur le marché, plusieurs personnes nous reconnaissent et nous identifient à nos tee-shirts "En marche".

La Grande Marche n'en est qu'à ses débuts. Jusqu'à la fin de l'été, l'opération sera renouvelée, et les résultats publiés à la rentrée, pour servir à l'élaboration d'un projet pour la France. Mes vœux vont à la réussite de cette entreprise de rénovation de notre vie politique, qui en a bien besoin. Et si, à Saint-Quentin, dans ma ville, cette action pouvait aider la gauche à reprendre un peu de couleurs, ce serait très bien.

15 commentaires:

Philippe a dit…

Par qui ont été rédigées les questions ?
Quels domaines de la vie quotidiennes couvrent-elles ?
Sont-elles fermées donc orientant malgré tout les réponses ?
ou à l'inverse ouvertes ?
Comme celles d'un Depardon ou d'un Bourdieu dans certaines de leurs enquêtes
Le tempérament franchouillard (coup de menton et baton à la EM) peut rendre la chose ridicule.
Bref le principe est bon, mais qu'en fera le chef si ces mondes des autres chagrine son monde.

Anonyme a dit…

Je trouve cette initiative intéressante. J'apprécie bien plus les idées de Macron que celles de la gauche, qui est complètement arriérée, mais vous vous rendez compte que c'est en aucun cas novateur ? L'homme de droite que je suis trouve ces idées habituelles.

Anonyme a dit…

bonjour
vas falloir vous acheter un beau costume !!
trés cher et bien futile il ne manquera que la rolex
vous vous égarez

Anonyme a dit…

Bref, vous avez soutenu tous les loosers de la politique française. Vous soutenez la savonnette Macron et la bulle médiatique sur laquelle il repose.

Anonyme a dit…

En Marche ou E M comme Emmanuel Macron, Emmanuel Mousset. L'ego surdimensionné du premier et sous-dimensionné du second. La vanité du premier, la modestie (fausse) du second.

Maxime Lépine a dit…

Je ne sais pas ce que tout le monde a avec cette histoire de costume, Macron n'ayant jamais répondu que la vérité!

Philippe a dit…

En effet je ne comprends pas ce que vous avez après les beaux costumes ... Est ti pas biau ! ...
On a l'impression qu'il va recevoir la communion solennelle à la cathédrale d'Amiens dans l'heure qui suit.
Ce qu'il faudrait vérifier c'est si il est "made in France" ... au niveau de la confection possible encore que !... au niveau des matières premières !!!!!!!!!!
S'il n'est pas « made in France » le signaler à l'ineffable Montebourg.

Emmanuel Mousset a dit…

D'accord avec vous. Pourtant, je ne suis pas très costard, mais quelqu'un qui "s'habille bien", comme on dit dans le Berry, c'est important, surtout quand on est un homme public. Les critiques ne peuvent venir que des jaloux, des mal fringués et de ceux qui n'ont rien d'autre à lui reprocher. Mine de rien, la médiocre polémique tourne à l'avantage du ministre. La preuve qu'on est grand, c'est quand les roquets vous mordent les chevilles. Tout ça relève du grotesque lapsus : les adversaires de Macron ont sauté sur l'occasion pour lui "tailler un costard", mais ce sont eux qui se retrouvent à poil, dérisoires.

Anonyme a dit…

Désolé Emmanuel, je ne me sens nullement dérisoire. Le problème n'est pas le principe du costard, le problème vient du sens de la répartie qui est faible chez Macron et après les illettrés smicards, les bus à Bakou (pardon bas coût) pour les pauvres (il en faut pour que les oligarques financiers se sentent riches et supérieurs), maintenant le tee-shirt pour les feignasses. C'est du Sarkozy bas étage comme le "cass'toi pov'con" ou le "decends si t'es un homme", sauf que Sarkozy, il en avait comme qui dirait un peu plus à l'entrejambe que Macron.

Maxime Lepine, je ne pense pas que vous soyez à la hauteur de votre homonyme, ou peut être pour inventer l'eau chaude.

Laurent

Emmanuel Mousset a dit…

Macron a été stupidement interpellé sur le coût de son costume. Il a bien fait de torcher le nez à son interlocuteur. La politique, ce ne sont pas de minables attaques personnelles. On peut être contre la politique de Macron, y compris violemment : c'est la démocratie. Mais que les petits merdeux qui ne respectent rien ni personne ne s'étonnent pas qu'on ne les respecte pas. Tout n'est pas permis, parce qu'on a un ministre devant soi. Quant aux fausses indignations et aux leçons de morale qui ont suivi l'incident minime, elles aussi méritent notre mépris.

Philippe a dit…

E.M. Attention à ne pas tomber dans "salaud de pauvre"
On peut apprécier les beaux costards et les bleus de travail selon l'usage du jour ou du moment.
En ce qui me concerne je n'apprécie que modérément les « mecs » qui ne savent rien faire de leurs mains, car derrière cette posture « je ne suis pas bricoleur » se cache un mépris ridicule de ce qui est manuel. Effectuer un travail manuel ou un bricolage fait fonctionner les neurones et les synapses au même titre que babiller sur Xenophon … et de cela les énarques, exception franchouillarde désastreuse, auraient pour la plupart le plus grand besoin !
Le peuple n'est pas respecté lorsque l'on lui cache les décisions prises en conseil de ministres à Bruxelles ou dans les négociations commerciales actuelles UE/USA
Le peuple n'a pas été respecté en 2005 ...
Pourquoi respecterait-il les politiciens ?
Le respect ne peut qu'être bilatéral ou il n'est pas !

Anonyme a dit…

Macron qui a réussi par un concours de circonstance … est du type de ceux qui veulent reproduire le même schéma , croyant à l’ universalité de leur approche , or cela se termine toujours immanquablement par une mise à l’ écart pour incompatibilité chronique à se remettre en question !!!! .

Erwan Blesbois a dit…

La question qui se pose est : le capitalisme est-il le système le plus conforme à la nature humaine, puisqu'il dure depuis plus de 300 ans ? Si la réponse est oui, cela veut dire que le vice, la compétition, l'égoïsme, la perversion même sont absolument constitutifs de la nature humaine, et sont seuls aptes à faire ciment dans la société, c'est-à-dire à unir les gens autour des conséquences de ces idées : la réalité socio-économique de la société. Notre société est le strict reflet d'une telle idéologie. Mais on peut avoir un doute ? Et si c'était les hasard et la contingence qui avaient permis le triomphe d'une telle idéologie. Et si l'entraide, la coopération pouvaient servir de principe à l'économie, et nous faire sortir du paradigme capitaliste ? C'est ce genre de question que devrait se poser le PS, qui ne se les pose plus depuis longtemps. Même les plus ultralibéraux, applaudissent des deux mains aux "réformes " du PS, pourtant dans sa tradition réformiste y compris, censé atténuer les effets délétères du capitalisme. La loi travail ne les atténue pas, elle les aggrave. Donc le PS est mort, il n'a plus de légitimité, CQFD.

Emmanuel Mousset a dit…

Le PS est mort ? Oui, c'est ce que disent tous les croque-morts.

A a dit…

"Il a bien fait de torcher le nez à son interlocuteur."
Bien fait, mal fait, fait tout simplement.
L'ennui avec ce monsieur, c'est qu'il semble argumenter toujours de la même façon...
A savoir, qu'en travaillant on peut devenir riche voire milliardaire.
S'il suffisait de ça, les millionnaires courraient les rues.
Donc, d'une part, il est faux qu'on devienne riche (en billets de banque s'entend) par le seul travail ou pour le moins insuffisant.
Et d'autre part, n'y aurait-il dans la vie humaine que ce seul objectif (la richesse) qui vaille ?
Bling bling, Rolex, voitures de luxe, hôtels particuliers, têtes d'affiches...
Heureusement qu'il y a aussi des seconds rôles pour cirer les pompes de ce monsieur et de ses affidés.