jeudi 11 août 2016

Brigitte et Emmanuel



Avez-vous acheté le dernier numéro de Paris Match, paru ce matin ? Non ? Alors, dépêchez-vous ! Il n'y a que la photo de une qui intéresse : Brigitte et Emmanuel, main dans la main, sortant de l'océan, mais tout secs, elle en maillot de bain une pièce, regardant vers le ciel, lui en polo et bermuda, les yeux droit devant, avec, il me semble bien, un portable dans la main gauche (signe des gens importants). La mer est bleue, le soleil brille, le couple a de l'eau jusqu'au-dessus des mollets. Tous les deux sourient, ils sont heureux. Titre, à la fois intime et politique : "Vacances en amoureux avant l'offensive".

Le magazine va s'arracher comme des petits pains, c'est certain. Quand Brigitte et Emmanuel sont en couverture, Paris Match réalise ses meilleures ventes. Cet après-midi, demain et les jours suivants, ce sera à coup sûr la lecture de la plage, et les conversations qui vont avec. Qui ne connaît pas maintenant Brigitte et Emmanuel ? C'est plus efficace qu'une triste brochure politique. Et tellement plus intéressant !

Un homme et une femme qui donnent l'impression de surgir de l'océan, d'où est née la vie, c'est une scène mythique, Neptune qui aurait trouvé sa sirène. On ne voit ça que dans les films. Brigitte et Emmanuel intriguent, surprennent, plaisent. Mais rien à voir, dans une situation pourtant comparable, avec le couple Sarkozy-Bruni, qui eux aussi se sont montrés à la plage, dans Paris Match : l'ancien président était torse nu, semblant gonfler ses modestes pectoraux, comme tous ceux qui sont complexés par leur physique, semblant aussi montrer son mannequin de femme, comme tous les hommes qui ne sont pas très beaux. La mise en scène est évidemment vulgaire : ce sont des manières de parvenus. Brigitte et Emmanuel, c'est totalement différent.

Le couple est original, pas comme les autres ; je n'en rappelle pas l'histoire, bien connue, très romanesque. Ce cliché n'est pas du chiqué, contrairement à Sarkozy, poseur-né. Brigitte et Emmanuel s'aiment, depuis longtemps et pour toujours : voilà tout. Mais il y a plus et mieux : la fameuse différence d'âge, qui contredit le préjugé. Brigitte a 60 ans, n'hésite pas à se faire photographier en maillot de bain, à son avantage, il faut bien le dire. Elle est riche et séduisante ; Emmanuel est beau et intelligent : c'est un conte de fée dans une société qui généralement nous raconte des histoires de fesses. C'est un rêve de prince et de princesse que nous offrent Brigitte et Emmanuel. Les verrait-on s'enlacer dans les flots, allongés amoureusement l'un contre l'autre sur le sable mouillé que ça ne nous surprendrait pas plus que ça : ces deux-là sont faits pour l'amour et le bonheur, y compris sous les appareils photo de Paris Match.

Les femmes qui ont la soixantaine sont de plus en plus nombreuses et refusent d'être des vieilles. Brigitte et Emmanuel leur font comprendre et espérer que c'est possible. Beaucoup de ces femmes-là veulent être des Brigitte, sortir de l'écume en maillot de bain, avec un Emmanuel à leur bras. L'océan est l'endroit de leur renaissance, leur source de jouvence : elles ont 60 ans et toute la vie devant elle, une promesse de pouvoir et de gloire à leur portée. Et combien d'hommes aimeraient être des Emmanuel, afficher une telle liberté, une telle réussite ? Les êtres humains sont ainsi faits qu'ils peuvent difficilement se passer de couples mythiques dans la vie publique : Montand et Signoret, Edith Piaf et Marcel Cerdan, Humphrey Bogart et Lauren Bacall, par exemple. La politique n'échappe pas à cette règle.

Le bonheur ne fait pas que des heureux, nous le savons bien. Je suppose que François Hollande va être furax. Cette photo contredit sa communication estivale, et la consigne qu'il a laissée à ses ministres : ne pas se montrer en vacancier, mais en serviteur continu de l'Etat, au travail. Le ministre de l'Intérieur, en bon élève du gouvernement, suit scrupuleusement la recommandation : ce n'est pas lui qu'on verra en short et en bob, sous un parasol, avec madame Cazeneuve à ses côtés. On ne l'imagine même pas poser ses lunettes pour souffler un peu, tant elles contribuent aussi à imposer le sérieux de son personnage. Hollande n'a pas tort : la France souffre, traverse une période tragique, est en guerre ; il est juste que nos dirigeants accordent leurs faits et gestes à cette situation.

Malgré tout, je donne raison à Brigitte et Emmanuel, qui ont sciemment choisi de poser pour le célèbre magazine (ce n'est pas une photo volée, il y a rarement dans la presse des photos volées). Oui, le couple respire la détente, la légèreté, l'insouciance. Oui, comme je l'ai dit, ils incarnent magnifiquement l'amour et le bonheur. Mais je ne vois là rien d'indécent, de choquant, de scandaleux. Et si la meilleure réponse au terrorisme, qui veut nous effrayer, c'était celle-là, le ciel, le soleil et la mer, la détente et l'insouciance, l'amour et le bonheur ? Contre la haine, la peur et la mort, quoi de plus efficace ? On ne lutte bien contre quoi que ce soit qu'en lui opposant son contraire. Et si la vie était supérieure au discours sécuritaire et anxiogène ? Alors oui, mille fois oui, Brigitte et Emmanuel ont eu raison de nous faire partager leur innocente joie d'être ensemble, pour nous faire oublier la tragédie, pour rappeler que celle-ci n'aura pas le dernier mot, ni surtout la dernière image. A mon tour, moi qui ne suis pas très plage, l'envie me prend de les rejoindre et de plonger avec eux dans le grand bain vital et vivifiant de l'océan.

5 commentaires:

D. a dit…

Vous auriez pu faire mieux en cette journée plutôt fraîche pour la saison en vous abstenant de proférer ces termes dithyrambiques et à la limite de l'incongru.
Vous voilà même devenu devin capable de prédire qu'un amour sera éternel...
De vrais propos de midinette.

Emmanuel Mousset a dit…

Parce que la journée est fraîche, j'ai voulu introduire un peu de chaleur. En été, c'est recommandé, non ? Quant à l'amour, je ne suis le devin de rien, je rappelle simplement sa définition, qui est d'être éternel, comme le proclament les amoureux et les poètes. Mais vous n'êtes peut-être ni l'un ni l'autre.

Maxime Lépine a dit…

Ce n'est pas une définition très scientifique tout ça. Dans le monde réel ce que les gens appellent "amour" ne dure que trois ans au maximum.

Emmanuel Mousset a dit…

L'amour ne relève heureusement pas de la science. Il dure bien souvent moins de trois ans. Mais au moment où il est vécu, surtout au début, il se sent éternel. C'est pourquoi, quand on se marie, c'est censé être "pour la vie". Et quand ce sentiment d'éternité disparaît, c'est tout simplement parce que l'amour n'est plus là.

Maxime Lépine a dit…

Vous savez que j'aime la philosophie, mais je ne suis pas d'accord avec vous: l'amour fait partie de ce que l'on peut tout à fait expliquer scientifiquement. Ce n'est jamais qu'un artefact de l'instinct de reproduction, stimulé par les hormones. Quand l'amour disparaît, c'est parce que la Nature nous pousse à trouver d'autres partenaires afin d'optimiser les chances de survie de l'espèce. Ce qui est philosophique, c'est pourquoi certains couples contrarient cette loi.