vendredi 1 avril 2016

Beauté islamique



J'ai souvent dénoncé, sur ce blog, la loi de 2004 sur les signes religieux à l'école, qui vise implicitement le voile dit islamique (son port n'est pas une prescription du Coran, mais une tradition musulmane, qu'on retrouve d'ailleurs dans d'autres sensibilités religieuses, y compris chrétienne). Sous couvert de laïcité, on bafoue et dénature la laïcité historique, républicaine, on crée un monstre dont se nourrit l'extrême droite, elle qui a toujours été anti-laïque. Au lieu de défendre la liberté, on pratique la répression. Au lieu de prôner la tolérance, on stigmatise. Au lieu de s'en tenir à la neutralité, on vise une religion, l'islam. Au lieu d'encourager l'intégration, on débouche sur l'exclusion. Au lieu de contribuer à l'ouverture et à la fraternité, on engendre la xénophobie. Voilà le travail.

Interdire le voile à l'école (car voilà comment a été comprise la loi), c'était laisser se répandre l'idée que ce tissu condamné comme ostentatoire, prosélyte et discriminant n'était pas non plus le bienvenu dans tout le reste de la société. La logique liberticide était ainsi en marche. Nous en avons eu cette semaine une nouvelle manifestation fâcheuse : le tollé déclenché par une marque de vêtements estampillée islamique. Mais au nom de quoi empêcherait-on un magasin, une entreprise de lancer ce produit ? C'est de toute façon juridiquement impossible. Liberté de s'habiller comme on veut, et d'aller voir ailleurs si ça ne vous plait pas : j'en reste à ce principe-là.

La secrétaire d'Etat aux Femmes, Laurence Rossignol, pour justifier l'opprobre, s'est commise en des propos tellement maladroits qu'ils discréditent sa démonstration, sans que j'ai trop à argumenter. Comparer les jeunes femmes qui portent un voile aux "nègres américains" (sic) qui étaient favorables à l'esclavage, il fallait la faire, celle-là ! Et c'est un drôle de discours pour une femme de gauche ... Je ne suis pas historien, mais j'imagine que les esclaves noirs, dans leur immense majorité, souffraient de leur condition et ne s'en satisfaisaient guère.

Les exploités sont les premiers à prendre conscience de leur exploitation. Ce n'est pas à d'autres de penser, de parler et de décider à leur place. Laurence Rossignol n'a pas à présupposer ce qui se passe dans la tête de ces jeunes filles. Au nom de quoi la ministre présume-t-elle de sa supériorité en matière d'émancipation ? En quoi une jeune fille qui montre son cul et ses nichons est-elle moins soumise à la pression sociale d'une société hyper-consumériste ? Et que dire de ceux qui pointent du doigt ces fameux quartiers où règnerait une prétendue loi d'Allah ? J'y vois surtout des lieux de chômage, de misère et d'insécurité. Le préjugé social à l'égard de certains milieux populaires ne cesse pas, même s'il prend des formes nouvelles.

Pour en finir avec cette lamentable histoire, je vous confierais que j'aime beaucoup, esthétiquement, le voile islamique. Je n'y vois pas du tout la marque d'une religion, encore moins d'une oppression. Il dessine fort bien le visage d'une femme, qu'il met en valeur. La chevelure détourne l'attention. Loin d'être nié, ce visage est renforcé, les yeux, le nez, la bouche, le maquillage. Les traits de la féminité sont soulignés. Avec le voile se déploie un doux et subtil érotisme, qui laisse toute sa liberté à l'imagination, ce que ne permet pas ou beaucoup moins la femme semi-dénudée. Les couleurs sont seyantes. Oui, j'aime les beautés islamiques, je les préfère aux poupées occidentales.

Evidemment, si vous m'apportiez la preuve que ces femmes ne portent le voile que sous l'autorité et la contrainte de leur mari, je condamnerais immédiatement. Mais je ne crois pas que ce soit le cas (même s'il y a toujours des exceptions, qu'une plainte en justice est là pour sanctionner). Paradoxalement, le voile ne cache rien. Au contraire, il montre et il suggère, beaucoup plus que si passait devant nous une fille à poil. Il n'y a pas plus anti-érotique qu'un camp de naturistes. En la matière, la République laïque ne doit rien préconiser ni interdire, mais garantir à chacun la liberté de mener la vie qu'il veut et de se vêtir comme il le souhaite.

17 commentaires:

R a dit…

Sur le port du voile, votre position est claire et elle est celle du bon sens. Dans une République correctement pensée, correctement réalisée, correctement vécue, il est impensable de stigmatiser sur la forme plutôt que sur le fond. Haro sur le voile ? Haro sur la nudité ! Mais où s'en va t-on ? Diogène, reviens nous et tout nu dans ton tonneau, cynique comme tu te dois d'être, fais nous retrouver le bon sens et la tolérance ! Que chacun vive et s'habille comme il en a envie pourvu qu'il n'agresse pas autrui ni ne l'oblige à faire comme lui ! Que chacune vive et se vête selon son goût pourvu qu'elle n'agresse non plus les autres ni ne l'oblige à l'imiter. Mais aussi que la République veille bien à ce que ces modes vestimentaires comme de vie ne soient les fruits de contraintes venant d'autrui.

Anonyme a dit…

Bon , vous relayez la doxa de la Ligue de l'Enseignement, c'est votre droit.

Vous êtes-vous demandé pourquoi ce fichu s'amène sur la tête de ces jeunes filles juste à leur puberté?

Je peux vous dire d'expérience saint-quentinoise que leurs mères ne portaient pas de voile avant la reprise en main de leur communauté et comme elles ne veulent pas être de mauvaises musulmanes... Voilà pour votre "tradition ".

Erwan Blesbois a dit…

L'idéal serait que la planète ne fut peuplé que de déracinés, le déracinement donne une sensibilité exquise et souvent une intelligence supérieure. Le mal absolu en France, c'est évidemment le franchouillard enraciné dans son terroir, qui se croit chez lui, et est d'autant plus virulent qu'il défend son "chez soi". Les gens qui se croient quelque part chez eux sont souvent odieux, notamment avec ceux qu'ils dénomment les "métèques", mot dont l'origine est grecque et désigne l'étranger dans une cité.
Pourtant le déracinement a déjà eu lieu, il n'est pas le fruit d'une invasion musulmane, même si celle-ci est toujours possible. Le déracinement est le fruit de l'école, mais surtout du caractère de notre société, portée vers le progrès technoscientifique et soumise à l'économie libérale dérégulée, sans aucun souci de l'épanouissement individuel ou du bonheur de chacun. Le problème est que ce déracinement se fait de façon perverse et brutale, sans que l'on demande leur avis aux habitants du pays France notamment, on comprend que presque tout le monde - à part quelques fidèles, dont la fidélité frise le fanatisme - soit complètement déboussolé, et ne se reconnaisse plus dans aucun parti politique.
Ce qui explique évidemment la montée des votes extrêmes, c'est une réaction de rejet de ce caractère pervers - mais que l'on assimile aussitôt à du racisme et de l'antisémitisme - mais pour un autre caractère qui si il a des similitudes avec le racisme des états du sud des États-Unis avant la guerre de sécession, ou encore avec l'idéologie allemande des années 30, sera très pervers aussi, mais de toute façon n'aura plus la puissance de frappe qui était celle de l'Allemagne à cette époque. En réalité aujourd'hui on a le choix entre Charybde et Scylla, choix entre le libéralisme dérégulé qui porte un projet - celui de l'oligarchie mondialisée -, ou le repli sur son identité, sans autre projet politique ou économique que ce repli sur soi.
Il est évident aussi que l'oligarchie qui s'est constituée à partir de ce libéralisme dérégulé, et de cette quête technoscientifique vers toujours plus de progrès, sans autre finalité que sa propre amélioration technique - vers but ultime nous dit-on l'IA, c'est-à-dire le contrôle généralisé de la population mondiale par des machines - sans souci du devenir de chaque caractère particulier, peut aussi donner l'impression de la manipulation et du complot. Alors que non l'oligarchie ne fait qu'accompagner le caractère pervers de la société technocratique et libérale, elle surfe sur ce caractère pervers généralisé pour en retirer des bénéfices, jusqu'au bout elle cherchera le profit pour le profit, sans aucune finalité d'épanouissement personnel, même pour elle-même, et là on rejoint l'éthique du protestantisme. Il ne faut pas croire que les Français auraient fait mieux, par d'autres chemins ils auraient aussi accompagné, de la même façon que les Anglo-Saxons le caractère de la technique, qui est de se développer sans autre finalité que son propre développement et en dehors de la considération de tout épanouissement individuel possible hormis dans l'intégration à ce système, qui au final est... pervers !

fano F a dit…

Vieille chanson du jeune temps

Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J'étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ;
Je parlais des fleurs, des arbres
Son oeil semblait dire: " Après ? "

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J'allais ; j'écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l'air morose ;
Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient.

Rose, droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,
Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d'un air ingénu,
Son petit pied dans l'eau pure
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans le bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu'elle était belle
Qu'en sortant des grands bois sourds.
" Soit ; n'y pensons plus ! " dit-elle.
Depuis, j'y pense toujours.

Cela me rappelles ce poème de Victor Hugo, je partage votre avis, tout est dans l'espoir, le désir, l'ecrin qui renferme la perle, la poésie... vive le code de l'amour courtois...vive la délicatesse....

G a dit…

A l'anonyme...
Ne pas confondre tradition, obligation et mode...
Quand j'avais à peine un peu de pilosité, je m'efforçais de porter moustache et barbe...
Quarante ans plus tard, je me présente glabre au vu et au su du monde...
Et alors ?
Les temps changent...
Les êtres humains aussi !

Maxime Lépine a dit…

Cher Monsieur Mousset, puisque vous aimez tant l'islam et ses coutumes je vous propose d'aller faire un petit voyage en Iran, afin d'assister à quelques pendaisons d'homosexuels. Après vous ferez bien un crochet en Arabie saoudite où les femmes n'ont même pas le droit de conduire... Je suis conscient que ces exemples n'ont pas grand-chose à voir avec le voile mais ce dernier constitue un symbole. Si on le tolère à l'école, cela revient à ouvrir la porte à ceux qui acceptent voire approuvent les faits que je viens d'évoquer. Par ailleurs, ce n'est pas aux Français de tolérer une culture intolérante et misogyne; ce sont plutôt aux Musulmans de s'adapter à notre mode de vie.

Emmanuel Mousset a dit…

Allons, Maxime ...

Philippe a dit…

Je m'amuse beaucoup à propos de ces discussions ... venant de personnes qui ne devraient au fond rien en dire ... qui n'ont pas vécu en pays musulman à l'époque où beaucoup d'entre eux avaient l'espoir de faire mieux que leur colonisateur !
Seule réflexion de bon sens dans les commentaires : de anonyme "Je peux vous dire d'expérience saint-quentinoise que leurs mères ne portaient pas de voile avant la reprise en main de leur communauté et comme elles ne veulent pas être de mauvaises musulmanes... Voilà pour votre "tradition ".
1 avril 2016 à 17:06"
Il a raison !
La même évolution à grande échelle a eu lieu en Algérie sous l'influence des prêches venant de l'influence des mouvements intégristes financés par les pétrodollars (par le biais d'associations caritatives/enseignement coranique ... avec la réaction violente complexe car à la fois militaire et populaire des années de sang ... 90.
Quand j'y travaillais (Présidence Boumediène) dans ma salle de consultation les "foulards" y étaient colorés et petite taille décoratifs ou alors sous forme de grand voile blanc très transparent pour les bourgeoises désireuses de conserver un teint de peau très pâle. A noter que le médecin était un homme ... sans problème particulier et la clientèle très féminine à 80 %...
Pour moi cette évolution, en France et ailleurs, correspond à une volonté de maintenir les femmes comme citoyennes de deuxième zone soumises aux mâles.
Cette lecture intégriste du coran surfe sur le mal être du mâle musulman qui perd du pouvoir … la même chose moins aiguë existe pour le mâle chrétien.
Vivant ou nées dans notre pays les femmes de culture musulmane pourraient réclamer les mes mêmes droits et libertés que les femmes de culture européenne.

Imaginons une fiction inverse : un État catholique intégriste richissime aiderait et financerait des mouvements cathos intégristes qui noyauteraient des zones urbaines on en dirait quoi de cet État.
C'est toujours défrisant d'inverser les situations.

Anonyme a dit…

J'ai connu Maxime Lépine plus modéré, du moins plus cohérent dans ses idées. Je suis d'ailleurs étonné de cette si prompt envie à défendre ces catégories de populations, notamment à travers l'aspect de la femme quand on sait l'amour porté à notre cher et grand Napoléon qui ne tarissait pas d'éloges sur l'Islam bien après sa campagne d'Egypte. Je noterai d'ailleurs que c'est lui qui a fait revenir cet aspect anti-féministre dans le Code civil des français de 1804.

Sous l'ancien régime les femmes avaient plus de droits. Elles sont devenues incapables retournant à la condition antique. Je pense qu'il est très difficile de résumer de façon aussi biniaire l'islam. Religion pratiquée par 1,7 milliards d'êtres humains, hommes et femmes sur terre.

Anonyme a dit…

Anonyme à G

C'est l'auteur du blog qui parlait de tradition... pas de confusion chez moi.

Des jeunes femmes turques au quartier Europe portent un fichu comme les femmes en portent en Turquie ( pas Mme Erdogan!).

G a dit…

G à anonyme :
Pas de confusion ?
Vous adhérez à ce que je définis comme une mode ?
Une mode, c'est par essence passagère...
Les modes, c'est comme les fleurs, ça dure ce que ça dure...
Et parfois, "l'espace d'un matin"...

Philippe a dit…

Une belle personne Nadia :

http://actu.orange.fr/france/nadia-remadna-la-mere-qui-fait-trembler-les-maires-de-banlieue-CNT000000mphmd.html

Les soumises qui marchent voilées 2 mètres derrière leur "maître" me font pitié !

Maxime Lépine a dit…

A Anonyme, qui semble m'avoir connu mais qui ne veut pas se dévoiler: je trouve mon point de vue tout à fait cohérent. Pour faire simple, j'aime mon pays et sa culture et ne veut pas les voir dénaturer. Ce n'est pas moins intelligent que de faire l'autruche devant une religion qui est restée violente dans certains pays comme le catholicisme au Moyen-Âge

Maxime Lépine a dit…

Et puis laissez Napoléon reposer en paix aux Invalides, si on avait un homme d'État comme lui aujourd'hui, notre pays ne serait pas dans la merde comme il l'est actuellement.

Anonyme a dit…

oui quelle jolie vision bien frontiste de Maxime!! il réduit effectivement l'islam à 2 pays certes retardés... Ces jours ci nous pourrions aussi dire alors que catholicisme=pedophilie en suivant le même raisonnement que Monsieur Lépine!!! l'islam c'est pleins de pays dans lesquels il n'est jamais allé!! des pays qui ont élu une femme chef d'état... De plus il semble confondre nationalité et religion.... ils oppose Français et Musulmans... il est temps de comprendre que certains Français sont musulmans!!! C'est comme ça!!! ils n'ont donc pas à être tolérés car ils sont à leur place autant que Maxime Lépine!!!!

Philippe a dit…

"il oppose Français et Musulmans... il est temps de comprendre que certains Français sont musulmans!!!"
La vie des humains n'a jamais été une vie de bisounours !
Malheureusement j'ai vécu le retour de certains de mes camarades de fac nés en Algérie, de parents nés en Algérie, ayant fait leurs études secondaires "là bas" mais chrétiens et pas tous loin de là aisés ...
ils se sont retrouvés dans cette France pas très hospitalière pour eux car chassés
On peut hélas être chassé de sa terre natale pour des motifs à al fois politiques et religieux, actuellement certains le sont ! parmi les migrants !

Anonyme a dit…

Je ne peux m'empêcher d'ajouter mon commentaire même a posteriori.Pendant 20 ans,je dirai "veni,vidi,"mais pas vinci cet histoire de voile.J'avais comme beaucoup,aucun a-priori mais de l'intérieur,que dire que faire quand un Docteur es mathématiques marocain vous dit que beaucoup de choses ne relève pas de l'Islam mais de la tradition arabe.OK!Seulement après quelques temps dans son foyer,il me demande d'aller voir sa femme dans la cuisine?une très jeune femme ramenée du Maroc, qui n'osait pas sortir de sa pièce car elle ne devait pas et n'osait pas se montrer.Si ce n'est pas formater la femme dès son plus jeune âge à se cacher,sauf de son mari.Des exemples comme celui là,je peux en faire des pages.Et pour vous éclairer les femmes et les hommes ne prient pas du même côté car les positions de prières peuvent faire naître de mauvaises pensées.Je m'en suis sortie avec des mots de "mécréante"de mauvaise femme divorcée européenne qui subvenait seule à ses besoins,donc de mauvaise vie.Finissant par comprendre certains dialectes,je n'ai jamais entendu autant de propos racistes sur les Européens.C'est du vécu et moi aussi j'ai pourtant cherché le rapprochement entre les communautés.