samedi 3 décembre 2016

Prêts pour l'aventure ?




Le comité local de Saint-Quentin du mouvement "En Marche !" d'Emmanuel Macron s'est réuni pour la troisième fois, en présence de son référent départemental, Cyril Thirion. Nous avons poursuivi la réflexion à partir des questionnaires dont les réponses contribueront à l'élaboration de notre projet. La méthode consiste à créer du collectif (c'est l'essence même du politique) à partir de l'individuel (c'est devenu la marque, souvent problématique, de notre société). Le fonctionnement est libre et horizontal, la recherche du consensus ou du compromis prime sur le conflit, l'affirmation de soi et le rapport de force. La bienveillance, la sincérité et l'optimisme sont de règle.

On peut bien sûr sourire de tant d'idéalisme ou demeurer sceptique, mais ça marche ! Adhérez, venez voir, jugez par vous-mêmes et surtout participez. C'est la pratique qui est déterminante, pas le discours. Au sens propre et positif du terme, nous vivons une aventure. Pourquoi ne pas vous joindre à nous ? Aventure parce que c'est complètement nouveau : sortir de la logique d'appareil par la base (par le sommet, la tentative a eu lieue parfois, mais a toujours échoué). Dans cette affaire, Emmanuel Macron est un révélateur, un initiateur, un catalyseur, pas un chef politique au sens classique, qu'on suivrait en rangs unanimes, serrés et intéressés.

Que nous venions de l'UDI, du PS, du MODEM, du centre gauche, du centre droit ou du centre centre, d'ailleurs ou de nulle part, quelque chose nous rassemble : le souci d'une France en mouvement et d'une société en progrès. C'est pourquoi le terme de progressistes nous convient le mieux, en opposition aux conservateurs de tout bord, qui ne veulent rien changer ou revenir en arrière.

La jeune génération est présente, elle bouscule les habitudes anciennes, y compris les miennes. Quand Maxence et Mehdi nous disent qu'ils ne se reconnaissent dans aucun parti existant, mais qu'ils vont chercher ce qu'il y a de bien, de l'extrême gauche jusqu'au centre, il y a là une attitude intellectuelle qui heurte sans doute beaucoup de gens de ma génération, coutumiers à des engagements partisans indéfectibles. Mais nous devons nous ouvrir à cette nouvelle sensibilité politique et la comprendre : elle voit autrement le débat public, elle renouvelle la vie démocratique (il y a urgence, quand on constate la montée affolante de l'extrémisme et de l'abstention).

Parmi les propositions que nous avons discutées, quelques-unes ont suscité un large consensus :  une meilleure représentation des citoyens au niveau européen, le non-cumul des mandats dans le temps, l'approfondissement de la décentralisation, le vote par internet ... Notre prochaine rencontre portera sur les mesures économiques avancées par Emmanuel Macron, pas toujours très connues, ou bien caricaturées en "ultralibéralisme".

Il nous faudra aussi élargir notre comité local : une dizaine de membres, c'est bien, c'est un début, mais il faut viser plus loin. Une présence sur le marché de Saint-Quentin permettra à la fois de nous faire connaître, de confronter nos idées et d'écouter la population. J'ai longtemps pratiqué cet exercice de démocratie la plus directe qui soit, qui peut paraître ingrat, mais qui est formateur et enrichissant, y compris humainement. Enfin, dans une semaine, samedi, En Marche ! organisera son premier grand meeting de lancement de campagne présidentielle, à Paris. Un covoiturage sera organisé pour nous y rendre.

Mon enthousiasme reste raisonnable, parce que je sais que toute aventure comporte des risques, et même des dangers. C'est la définition de l'aventure ! Mais entre l'aventure et le conformisme, je préfère l'aventure. Je connais aussi un peu les travers de la nature humaine, que la politique a tendance à exacerber : ambition, conflit, pouvoir, sectarisme. En Marche ! , de part ses intentions et son fonctionnement, s'efforce d'échapper à ces travers. Et puis, entre une droite qui se radicalise et une gauche qui explose, qu'est-ce que vous voyez d'autre ? Alors, prêts pour l'aventure ?

39 commentaires:

Philippe a dit…

A mon avis la droite ne se radicalise pas elle revient avec Fillon à l’une de ses racines qui n’avait plus son mot à dire avec les adorateurs des pétrodollars : souverainiste et étatiste concernant les domaines régaliens et libérale en économie intérieure contractuelle en économie extérieure.

monique stephanie a dit…

Ce blog serait il devenu un lieu de propagande pour macron!!!
J attendais mieux!!! Et déçue

Emmanuel Mousset a dit…

Vous ne vous attendiez tout de même pas que ce soit un lieu de propagande pour Le Pen ou Mélenchon ? Parce que là, c'est vous qui me décevez ...

J a dit…

Apparemment vous êtes douze...
Comme les apôtres...
EM = JC ?
Gare à qui sera Judas...
En souhaitant que votre mentor ne finisse pas sur une croix et que votre marche ne passe pas par le chemin de croix.
Bonne chance à vous, sportifs de la marche à pied !

Anonyme a dit…

Cette rencontre fut elle un diner républicain comme vous le préconisiez si bien il y a quelques jours ....

yvesgerin a dit…

Bravo et merci pour l interview.Le talent,journaliste,philosophe,intellectuel,ami,mais pas bobo.

Anonyme a dit…

Une rechute dans une macronite aigüe, ça se soigne, il vous faut vite consulter la faculté Monsieur Mousset !

Anonyme a dit…

Un enthousiasme raisonnable n'est plus un enthousiasme. L'aventure personnelle que tente Macron est le signe de cette explosion de la "gauche". Il sera coresponsable de son échec prévisible. Une bonne cure d'opposition comme celle entre 1958 et 1981 ne sera pas de trop pour reconstruire une authentique gauche, celle qui a pour souci principal l'intérêt du monde du travail, et les chômeurs, et les sous-employées et sous-payés.

Anonyme a dit…

Si la droite se radicalise, la gauche explose alors que le FN se recentre ou du moins le tente de façon peu crédible: ses contradictions internes l'empêcheront de gagner du moins en 2017, il y a un boulevard pour Mélenchon s'il sait saisir l'opportunité ce qui n'est pas évident.

Anonyme a dit…

Ce qui serait transparent , comme pour les elections municipales , serait de donner les catégories de cette docte assemblée comme dans cette liste communale bien détaillée :
Employé (secteur privé) ; Employé (secteur privé) ; Commercant ; Retraité salarié privé ; retraité ; Retraité fonct.publique (sf enseig.) ; Retraité de l'enseignement ; Fonctionnaire de catégorie A ; Agriculteur-propriétaire exploit. ; Retr.artis.commerc.chef d entrep ; Cadre supérieur (secteur privé) ; Employé (secteur privé) ; Fonctionnaire de catégorie B ; Retr.artis.commerc.chef d entrep. ;Retraité salarié privé

Anonyme a dit…

Prêts pour l'aventure?
NON.

Anonyme a dit…

Macron, la roue de secours des sociaux-traitres vendus aux banques (Rotschild) et au patronat.

Emmanuel Mousset a dit…

Les chiens aboient, la caravane passe (proverbe cowboy).

Anonyme a dit…

Si vous êtes prêt pour cette aventure j'espère, pour vous, que vous êtes conscient qu'il s'agit d'un voyage sans retour à la maison-mère qu'est le parti "socialiste". Par expérience je sais comment tout dirigeant, à tout niveau, traite les aventuriers, les renégats et les naufrageurs de la "gauche". Vous serez alors totalement grillé politiquement. Macron et En Marche n'est qu'un frêle esquif dans la bataille politique qui s'annonce bien rude pour certains.

Anonyme a dit…

J'en rajoute une couche à l'anonyme de 20h50 : vous, Macron, Hollande, Valls, le parti "socialiste" comme tout le reste de l'oligarchie de notre pays s'est vendue par lâcheté à la droite allemande, et aux sociaux-démocrates qui, contrairement à ce croient la plupart des vendus de "gauche" sont d'abord des allemands qui défendent les intérêts allemands ce dont ils ont bien raison. Vive l'Allemagne ! Deutschland uber alles !

Anonyme a dit…

Bonsoir, je suis saint-quentinoise de naissance et d'études (à La Ramée, est-ce là que vous enseignez ?), mais les hasards de la vie m'ont déplacée à Nantes... où j'anime un de nos nombreux comités En Marche ! A lire les commentaires précédents, je retrouve des échantillons de tout ce que je ne supporte plus dans la politique, les clichés, les caricatures, le sectarisme, la haine. Emmanuel Macron est une bouffée d'air frais, un véritable espoir face à tous ces conservatismes rancis et aigris, de droite ou de gauche. Le PS est en train d'en mourir, RIP, la droite fait semblant de se ressouder autour d'un candidat clivant... Il y a un boulevard come dirait l'autre pour un homme ouvert, pragmatique, fou de liberté et de justice sociale, qui veut nous rassembler et pas nous diviser. Nous ne pouvons pas faire comme si le monde n'existait pas, il est mouvant, et c'est une chance.
Je serai à Paris dimanche, vous verrez, Macron en meeting, c'est quelque chose.
Bien à vous, n'écoutez pas les grincheux.
NM

Emmanuel Mousset a dit…

Non, j'enseigne à Henri-Martin, depuis 1994. Les commentaires hostiles sont une bonne pédagogie pour démontrer que personne n'est capable de contester Macron sur le fond, sur les idées. Aucun commentaire, je dis bien AUCUN, ne conteste une seule des propositions précises faite par Macron, avec une critique argumentée. C'est donc un très bon signe pour tous les membres d'En Marche ! Bon courage aux comités de Nantes, à bientôt.

Philippe a dit…

E. Macron est tout sauf une bouffée d'air frais.
Un peu de débat d’idées un peu moins d’adulation automatique de l’un ou de l’autre ...
1-Au plan économique P. Piketti fait le point sur le passé récent de ceux qui se présente à nos suffrages et sur leurs projets … pour cet observateur économiste … c’est pas glorieux ! À 6minutes 47 il exécute Macron ………..
Ici :
https://www.youtube.com/watch?v=w54e1r88KkU
2-Le deuxième sujet non abordé par Piketti le mix : insécurité identitaire/migrants économiques à plus de 90 % /prêches haineuses des fondamentalistes etc. /attentats.
Concernant ce dernier point, le fondamentalisme musulman, Fillon et Marine = idem
3-Mais au 2ème tour la casse sociale de Fillon ne va pas faciliter un report des voix de gauche sur Fillon.
A mon avis les chances de M.L.P augmentent considérablement.

Anonyme a dit…

C'est le signe d'un total aveuglement politique. La défaite probable n'en sera que plus rude pour vous. Tant pis pour vous !

Emmanuel Mousset a dit…

Avec une analyse politique aussi remarquable, je n'ai plus guère à aiguiser mes arguments !

Quant à Philippe, désolé de vous le dire, mais Piketty, qui est à la mode, n'est pas quelqu'un de sérieux. Quand on lui demande de quel homme ou parti il se sent proche, il est incapable de répondre. En revanche, il se réjouit que des électeurs de gauche participent à la primaire de droite. Homme intelligent, je n'en doute pas, comme le sont tous nos économistes ... Mais sérieux, non.

Philippe a dit…

E.M.
Désolé je n’ai pas la même interprétation.
Vous estimez que le point de vue du citoyen qui s’engage dans les fourgons d’un politicien est supérieur à celui de l’observateur qui ne désire pas être le suiveur d’un politicien.
Cet argument n’est absolument pas « de fond » mais de pure forme.
Il a pour but de vous permettre d’échapper aux arguments développés par Piketty.
J’essaie d’amener du grain à moudre et non de l’affect.
Il évoque les différentes possibilités techniques d’alléger le poids de la dette ….
Par ailleurs mon commentaire aller au-delà du cas Macron ………….

Emmanuel Mousset a dit…

Je ne discute pas des compétences économiques de Piketty, étant moi-même incompétent en la matière. J'ai d'ailleurs mentionné, dans ma réponse, son intelligence d'économiste, non sans une légère, mais légère seulement, ironie, puisque l'intelligence des économistes nous a habitués à bien des bourdes (les philosophes, eux au moins, ne prétendent pas à la science). Non, ce que je n'apprécie pas chez lui, à chaque fois que je l'ai écouté, ce sont ses réflexions purement politiques, qui m'ont semblé irréfléchies. Maintenant, je veux bien croire cet homme à la mode, qui ne m'intéresse pas plus que ça, et dont je suis incapable (suis-je le seul ?) de citer une seule idée un tant soit peu forte et originale.

Philippe a dit…

Personne ne détient la vérité.
Piketty pas plus que Macron et autre Mélenchon, Fillon etc. !
Puisque c’est après, selon la réussite ou l’échec ou l’entre deux, qu’ils seront notés par le populo et éventuellement chassés du pouvoir gentiment ou méchamment.
Mais très certainement chacun d’entre eux détient un petit morceau du puzzle « vérité ».
Ce sont des êtres au plan affectif du paraître donc il appartient aux autres de conserver l’esprit critique à leur égard.
Prenons le méthode Macron ébauchée autrefois par Royale.
Cette méthode a été utilisée dans les grandes entreprises à filiales nombreuses séparées géographiquement bien avant que Royale et Macron n’y pensent !
Cela s’appelle officiellement « la remontée d’informations venant de la « base » », elle est supposée devoir aider à la prise de décision du « haut » … du boss.
Chacun localement fait donc sa copie (comme sur la photo) … des dizaines de copies (voire plus) sur divers sujets remontent ...
De son côté le dirigeant sait d’avance ce qu’il va faire, avant toute « remontée », concernant les mêmes sujets. Il patiente pour être crédible le temps nécessaire.
C’est bien le diable si qq copies ne ressembleront pas à ce que pense le dirigeant, son secrétariat va être chargé de les tirer du tas. Il pourra les citer dans un discours final devant une assemblée béate … ces qq copies.
Personne n’ira lire et étudier les nombreuses autres copies et le dirigeant pourra se draper dans l’étendard de la démocratie participative.
C’est un système que j’ai observé dans de grandes entreprises et si on connaît bien les codes du « haut » on peut même se faire remarquer positivement du « chef » qui repérera le « local » qui pense « vrai » c’est à dire comme lui dans sa copie. …
du vécu cynique … mais c’est comme cela que les hommes de pouvoir et de paraître vivent.
Il ne faut pas oublier que toutes ces ficelles leur sont enseignées.
Je disais au début « Puisque c’est après, selon la réussite ou l’échec ou l’entre deux, qu’ils seront noté par le populo et éventuellement chassés du pouvoir gentiment ou méchamment. »
Ce type de comportement managérial devient extrêmement risqué dans la mesure où la France périphérique celle des exclus (selon le concept de Guilluy) pendant ces petits jeux grossit ... et je ne parle pas du danger symbolisé par le Bataclan et Nice que vous semblez mettre sous le tapis ... avec légéreté.

Emmanuel Mousset a dit…

Le regard cynique que vous portez sur le fonctionnement d'En Marche ! vous pourriez le porter aussi, en pire, sur tout parti politique, qui pratique ce que le PCF appelait autrefois, dans une belle contradiction, le "centralisme démocratique". Mais le mouvement de Macron, ce n'est pas du tout ça.

Philippe a dit…

"Mais le mouvement de Macron, ce n'est pas du tout ça. "
L'espoir fait vivre et il est donc un médicament à la fois très efficace et gratuit.
Je ne vous critique pas sur ce point, n’étant pas dépressif, j’en ai en stock des espoirs, mais mon stock n’est pas alimenté par les politiciens et leurs commerces.
Simplement vous disiez : « Aucun commentaire, je dis bien AUCUN, ne conteste une seule des propositions précises faite par Macron, avec une critique argumentée. »
Alors je fais le bon zig … j’alimente …
C’est d’autant plus aisé que nos hommes politiques n’en savent pas beaucoup plus que nous pour la plupart, ils sont simplement vomis par leurs structures respectives, Macron en a forcément une, l’argent ne se trouve pas comme cela ! n’est-il pas !
Et les populations s’y mettent en ayant tendance à les faire aller dans des directions chaotiques, leur demandant une chose un jour et leur reprochant le lendemain.

Emmanuel Mousset a dit…

Je reconnais votre bienveillance (une vertu cardinale chez les macroniens) et votre effort d'argumentation. Mais ce que je vois des pratiques d'En Marche ! c'est plus un fonctionnement démocratique qui s'adapte à l'ère de l'individualisme et du numérique qu'un management de type patronal au service d'un ambitieux. Bien sûr, ce fonctionnement a ses limites, et c'est là que pourrait porter une critique pertinente (et profitable). Pour ma part, je viens d'une génération plus portée sur le collectif et l'écrit que sur l'individualisme et le numérique. J'ai donc, moi aussi, mes réticences personnelles. Mais n'est-il pas vrai qu' "il faut vivre avec son temps", ou bien faire autre chose que de la politique ?

Anonyme a dit…

Le numérique prlons en , pas un portable sur la table de vos agapes ???

Emmanuel Mousset a dit…

C'est une réunion, pas des "agapes". Le portable est utilisé par le référent, qui note les réponses et nos interventions. Les autres membres n'ont pas nécessité à avoir leur téléphone sous leur nez, comme dans ces réunions politiques où l'on s'ennuie et où personne n'écoute personne.

Philippe a dit…

Un indice très inquiétant de l’évolution de la main mise religieuse qui va dans le sens de donner raison au dernier livre de Fillon : « Vaincre le totalitarisme islamique » dans un rapport de l’année 2015-2016
Rapport à madame la ministre de l’éducation nationale,
de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Rapport complet ici :
http://cache.media.education.gouv.fr/file/2016/74/9/2016-062_ESPE_653749.pdf
Le constat révélant une action en profondeur de la propagande religieuse est à lire au niveau des pages 41/42 du défilement PDF ou 27/28 du corps du rapport.
Ces problèmes de fond sont-ils évoqués par « en marche » et dans les meetings ?

Emmanuel Mousset a dit…

Le fond n'est pas le bas fond. Macron n'est pas Fillon, ça ne vous aura pas échappé. Trêve de plaisanterie, les problèmes de fond sont, à nos yeux, économiques, pas religieux.

Philippe a dit…

Les matérialistes mesurent tout à leur aune.
Ils font une erreur mortelle.
Il faut se distancier de soi-même pour évaluer le comportements des autres, Macron n’a pas le vécu ni l’environnement pour cette gymnastique intellectuelle.
La puissance de la spiritualité peut échapper surtout en France où il y a le plus d’athées.
Il y existe donc une idéologie dominante qui voudrait que la société de consommation serait capable de dissoudre rapidement les idéologies à fondements religieux ou politiques.
Pour caricaturer ils pensent que le coca cola et les snikes peuvent faire obstacle à la force mentale d’une idéologie appuyée sur un Livre Sacré et une kalachnikov.
On a vu que les kamikazes qui se sont sacrifiés peuvent très bien la veille ou les jours précédents être allés en boîte, s’envoyer des whiskies.
Pourriez-vous m’expliquer pourquoi tout en étant un fanatique je ne pourrait pas apprécier les écrans plats, le coca cola et les BMW ?
Ça devrait faire un peu réfléchir et changer de logiciel.
La secte wahhabite régnant sur le système arabique n’empêche pas ce dernier d’utiliser la modernité ! Au plan technique ils ne sont pas à la traine.
Ils peuvent très bien hiérarchiser les choses et placer la consommation en dessous de leur idéologie quand on passe au djihad. Profiter de la société de consommation on l’a vu n’interdit absolument pas de passer à l’action contre elle et les kouffars.

Emmanuel Mousset a dit…

Il y a du bon dans ce que vous dites, mais c'est trop décousu pour mon esprit rationnel. Et puis, un petit conseil : ne pensez plus à Macron, nous pouvons vivre sans lui, moi y compris, même si c'est mon choix politique. Mais la politique n'est pas toute l'existence, encore heureux !

Anonyme a dit…

Vive la parité !

Emmanuel Mousset a dit…

D'accord avec vous ! Il faut que les femmes nous rejoignent. Au moins, pour l'instant, on ne peut pas accuser Macron de recruter sur son charme.

Philippe a dit…

Dany le Rouge (Daniel Cohn-Bendit pour les jeunots) mise sur Macron !
Avec ce loustic comme soutien il va partir comme une fusée … mais où ! tournicoter dans la rose des vents ?
Il faut encore qu'il l'ouvre !
Je m’éclate !!!

Anonyme a dit…

Comme vous n'écoutez que ce qui va dans votre sens toute argumentation rationnelle est inutile alors qu'il se prétend un esprit rationnel.
Encore un drôle de raisonnement à propos de Piketty : pour être pris au sérieux en tant qu'économiste, par Monsieur Mousset, il faut afficher son parti-pris pour tel ou tel politicien, alors que cela entache sa crédibilité de l'affirmer. Cependant il faut dire que la plupart des économistes n'ont pas la neutralité requise surtout quand ils travaillent directement ou pas pour des banques, ce qui est souvent le cas. La grande majorité d'entre eux défendent à tout prix l'euro et l'Europe néolibérale. Ces derniers forment une religion qui ne souffre pas de contestation possible et toute critique est diabolisée, assimilée au FN.
Paul Jorion qui n'est pas un économiste parenté, reconnu par la profession, a néanmoins en travaillant pour le compte de la banque étatsunienne Wells-Fargo, a pu apercevoir les prémices de la crise financière des "subprimes" qui a éclaté en 2008. Il en appelle à la candidature de Piketty pour sauver la gauche de sa déroute probable mais comme Jorion n'est pas un politique il ne sait pas que Piketty n'a que des coups à prendre de la part de politiciens qui verraient d'un mauvais oeil un amateur tenter de leur prendre la place.

Anonyme a dit…

Pourtant la photo de Macron en quatrième de couverture de son bouquin "Révolution" affiche un charme de jeune premier et de gendre idéal qui devrait accrocher des femmes aussi sensibles à cet aspect de la vie. Un beau râtelier et un sourire de carnassier à moins que ce ne soit un sourire de premier communiant faussement naïf genre "dents blanches, haleine fraiche" "Souriez Gibbs" comme l'on disait en 1965 d'un jeune débutant dénommé Jean Lecanuet.

Anonyme a dit…

La campagne électorale promet d'être drôle puisque nous allons voir s'affronter le jeune Macron-Valls et le moins jeune Valls-Macron puisqu'ils sont sur le même créneau d'une gauche moderne donc néolibérale comme la droite.

Emmanuel Mousset a dit…

On peut être moderne sans être néolibéral. Encore heureux !